Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CHU se compare aux autres

Le CHU de Caen connaît des difficultés financières dûes aux diminutions de son budget d'exploitation. Les tutelles considèrent que ses coûts de fonctionnement sont trop élevés comparés à ceux des autres CHU et aux hôpitaux de la région.

Le CHU de Caen connaît des difficultés financières dûes aux diminutions de son budget d’exploitation. Les tutelles considèrent que ses coûts de fonctionnement sont trop élevés comparés à ceux des autres C.H.U. et aux hôpitaux de la région.

La politique de redistribution des crédits, au profit des établissements moins bien dotés, a conduit le C.H.U. à faire des économies. Jusqu’ici insuffisantes, elles n’ont pas rééquilibré les comptes. Le cumul de déficits pourrait donc remettre en cause des activités de l’hôpital.

Toutefois, le budget du CHU n’a pas connu de diminution en 2002 et 2003. Par ailleurs, une action est entreprise auprès des pouvoirs publics, pour que la dotation budgétaire soit compatible avec le développement des activités médicales. Mais les efforts doivent se poursuivre, le CHU ayant la valeur du point « ISA » (mesure de la « productivité » hospitalière) la plus élevée de France.

Initiée par la Direction Générale, une étude approfondie des modes de fonctionnement de l’hôpital sera menée, pendant six mois, dans les secteurs administratif, technique, logistique, médical, soignant. L’équipe, en charge de ce travail, se compose d’Yves Lecornec, responsable de la mission, du Dr Jack Tartière, anesthésiste-réanimateur et d’Huguette Utéza, cadre infirmier et d’Olivia Desveaux, secrétaire. Elle doit identifier les secteurs dont le coût est élevé à Caen, choisir des C.H.U. de référence comparables au nôtre, et observer si leurs modes de fonctionnement sont adaptables à notre situation. Cette méthode dite du « benchmarking » compare aussi la qualité des prestations pour que les solutions retenues préservent la qualité des services et les conditions de travail.

Un comité de pilotage, composé de représentants médicaux, de cadres soignants et de la direction veille au déroulement de cette étude. La Commission Médicale d’Etablissement, le Comité Technique d’Etablissement et le Conseil d’Administration seront informés de l’avancement des travaux.

Yves LECORNEC
Directeur des Affaires Médicales et Financières
Responsable de la mission « Benchmarking »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.