Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le futur hôpital innove à plus d’un titre

L'annonce de l'attribution du marché de conception-réalisation du nouvel hôpital de Metz a eu lieu lors d'une conférence de presse, le 16 décembre dernier. L'occasion de rappeler les caractéristiques du CHR Metz-Thionville, établissement au mode de fonctionnement unique du fait de sa bipolarité, et d'expliquer les enjeux de la nouvelle construction. Novateur dans son architecture comme dans son mode d'exécution, le nouvel hôpital estimé à 150 millions d'euros H.T.* sera édifié selon la procédure de conception réalisation, sur une parcelle de onze hectares, à l'Est de la ville. La fin des travaux est prévue pour 2009.

L’annonce de l’attribution du marché de conception-réalisation du nouvel hôpital de Metz a eu lieu lors d’une conférence de presse, le 16 décembre dernier. L’occasion de rappeler les caractéristiques du CHR Metz-Thionville, établissement au mode de fonctionnement unique du fait de sa bipolarité, et d’expliquer les enjeux de la nouvelle construction. Novateur dans son architecture comme dans son mode d’exécution, le nouvel hôpital estimé à 150 millions d’euros H.T.* sera édifié selon la procédure de conception réalisation, sur une parcelle de onze hectares, à l’Est de la ville. La fin des travaux est prévue pour 2009.

Le CHR assure l’ensemble des disciplines spécialisées pour les 500 000 habitants de la Moselle installés sur l’axe Metz-Thionville. Le site actuel de l’hôpital de Bon Secours à Metz ne pouvant être réorganisé du fait de l’exiguïté extrême de sa parcelle et de l’hétérogénéité de ses bâtiments, le CHR a opté pour une reconstruction sur 11 ha d’un établissement de 640 lits et places, sur le site du château de Mercy, en périphérie du technopole, le long de la RD 955.

Un concept novateur : l’hôpital plots
Entre l’hôpital monobloc et l’hôpital pavillonnaire, l’hôpital plôts regroupe tout en singularisant les quatre ensembles majeurs : le bâtiment médico-technique central, le bâtiment chirurgical, le bâtiment neurologie et cardio-vasculaire et le bâtiment dédié aux activités d’hématologie, d’oncologie et de pneumologie. Les plateaux d’hébergement satisfont aux principes de la flexibilité (modules de 11 à 12 lits) et de modularité en fonction de l’activité.

La construction du nouvel hôpital de Metz se fait dans le cadre d’une procédure novatrice appelée « conception-réalisation ».
Le maître d’ouvrage (ici le CHR Metz-Thionville) choisit simultanément un groupement entrepreneur-concepteur et conclut avec ce groupement un marché unique. Le groupement se voit confier par contrat l’entière responsabilité de concevoir, réaliser, et de mettre en service le bâtiment destiné à répondre au besoin exprimé par le maître d’ouvrage.

Parmi 4 candidats, le jury a désigné le lauréat : le groupement Pertuy Construction, Quille, Etip, Aart-Farah, architectes associés, Thales Engineering et Consulting, AC Ingénierie Lorraine.
Leur projet a été apprécié pour sa fonctionnalité : disposition centrale des plateaux médicaux techniques limitant les déplacements, l’organisation rationnelle les long des axes de liaison d’urgence, le positionnement des urgences et le regroupement du bloc opératoire, des réanimations et des soins intensifs sur un même niveau. L’innovation technique est aussi un des points forts du futur hôpital avec un positionnement des locaux techniques en terrasse (hors secteur de soins), distribution des fluides via 7 gaines verticales réparties dans le volume. Cette solution originale permet de réaliser les opérations d’entretien sans interférer avec les secteurs d’hospitalisation ou médicaux techniques.

Un comité de suivi pluridisciplinaire veillera au bon déroulement de ce projet d’envergure. Il est composé de 20 membres, – représentants des activités de soins (7 médecins et 5 soignants), élus médicaux de l’établissement (président et vice président de la Commission Médicale d’Etablissement et de l’Assemblée Médicale Locale de Metz), représentants de la direction (5 directeurs du CHR).

La construction du nouvel hôpital de Metz figure dans le projet d’établissement du CHR approuvé en Conseil d’Administration le 6 mars 2002 et dans le Contrat d’Objectif et de Moyens du CHR signé le 25 avril 2003, il a été inscrit en septembre 2003 dans le plan Hôpital 2007.

Historique
En 1976, les Conseils d ‘Administration du CH de Metz et du CH de Thionville décident de fusionner leurs établissements en un établissement hospitalier inter-communal. Le 3 Mai 1977, Madame Simone VEIL, Ministre de la Santé et de la Famille érige cette structure, composée de 9 établissements distincts en CHR.
En 2005, le CHR Metz-Thionville regroupe 7 établissements :
– à Thionville : l’hôpital Bel Air, l’hôpital Beauregard et le Pavillon Dim Saillet
– à Metz : l’hôpital Bon Secours, l’hôpital Félix Maréchal, la maison de retraite le Parc, la maison de retraite St Jean

Aujourd’hui, le CHR de Metz-Thionville accueille 78 073 urgences par an, prend en charge 56 288 personnes en court séjour et en alternative à l’hospitalisation. Il emploie, 4 210 agents et dispose de 1 794 lits et places. Son budget s’élève à 312 millions d’euros en 2004. Le site de Metz assure 55 % de l’activité du CHR.

* travaux et honoraires maître d’oeuvre.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.