Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le Zénith pour 1 500 soignants

Pour ses 25 ans de partage d’expériences et de recherches conduites au CHU, dans les hôpitaux et en secteur libéral, l’Association pour la Recherche et la Formation des Infirmiers et Infirmières (ARFI) a réuni 1 500 soignants le 18 avril 2013 au Zénith de Saint-Etienne Métropole

Pour ses 25 ans de partage d’expériences et de recherches conduites au CHU, dans les hôpitaux et en secteur libéral, l’Association pour la Recherche et la Formation des Infirmiers et Infirmières (ARFI) a réuni 1 500 soignants le 18 avril 2013 au Zénith de Saint-Etienne Métropole
Exceptionnel par sa dimension et son audience, ce colloque valorise le savoir et l’engagement des équipes, stimule la réflexion professionnelle, actualise les connaissances et offre une vitrine prestigieuse aux travaux des infirmiers-chercheurs.
Cette 25ème édition a été marquée par la présentation :
d’expériences novatrices en pédiatrie : utilisation de l’hypno-analgésie ou comment appréhender différemment la douleur chez l’enfant, hospitalisation à domicile à travers un plan d’accompagnement et de soins individualisés s’inscrivant dans un projet de vie d’un petit patient âgé de  6 ans.
de prises en charge originales : utilisation du training autogène de Schultz auprès d’un patient anxieux –méthode de relaxation – en psychiatrie
– de projets de soins non conventionnels : création d’une œuvre musicale en psychiatrie, le handicap : un horizon différent à découvrir à travers une équipe qui s’efforce de rééduquer, de soutenir les  patients victimes d’AVC et leur faire envisager un avenir différent par une prise en soins spécifique mais aussi non conventionnelle…
d’apports de connaissances spécifiques : le don placentaire ou la chirurgie rénale dite « ex-vivo ». Ce traitement chirurgical des dysplasies et des anévrysmes des artères responsables d’hypertension artérielle chez le sujet jeune est singulier  puisque le rein est tout d’abord extrait de la cavité abdominale afin d’être réparé pour être ensuite réimplanté chez le patient. Le CHU de St Etienne est le centre de référence national pour cette technique chirurgicale.
Temps fort en ouverture
Isabelle Monnier, chargée de mission auprès du Directeur général de l’Offre de Soins au Ministère de la Santé, Maurice Vincent, sénateur-maire et Frédéric Boiron, directeur général du CHU sont intervenus aux côtés de l’ARFI.
Un partenariat de longue date avec le CHU et les établissements de santé
Né en 1988 de l’initiative d’un groupe de cadres infirmiers conscients de la richesse des expériences initiées par des équipes du CHU et des établissements du territoire, le colloque n’a cessé de grandir et de séduire un auditoire toujours plus vaste, l’obligeant à réserver des salles toujours plus prestigieuses de l’amphithéâtre de l’Institut de Formation en Soins Infirmiers du CHU à  la « maison de la culture » de Saint-Etienne puis au Palais des Congrès, au Palais des Spectacles, enfin au Zénith de St-Etienne Métropole.
Désormais les pionniers se sont constitués en  une Association pour la Recherche et la Formation des Infirmiers et Infirmières (ARFI) qui a élu domicile au CHU.
Contact : 04 77 12 74 71 – arfi@chu-st-etienne

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.