Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les atouts du centre d’investigation clinique gastro-nutrition

"A+" c'est la note attribuée, en 2008, au centre d'investigation clinique Plurithématique de Nantes, par ses tutelles, lors de son évaluation quadriennale. Forte de cette réussite, l'équipe Gastro-nutrition du CIC (CIC-GN) souhaite poursuivre ses investigations en privilégiant 5 axes prioritaires : les nouvelles technologies en endoscopie, les maladies inflammatoires digestives, le reflux gastro-oesophagien, les pathologies neurodégénératives digestives ainsi que les maladies du foie et plus particulièrement le carcinome hépato-cellulaire. Sa proximité avec les services de soin et les différentes unités de recherche de l'Institut des Maladies de l'Appareil Digestifs (Imad) sont un atout majeur pour le développement de projets de recherche translationnelle.

« A+ » c’est la note attribuée, en 2008, au centre d’investigation clinique Plurithématique de Nantes, par ses tutelles, lors de son évaluation quadriennale. Forte de cette réussite, l’équipe Gastro-nutrition du CIC (CIC-GN) souhaite poursuivre ses investigations en privilégiant 5 axes prioritaires : les nouvelles technologies en endoscopie, les maladies inflammatoires digestives, le reflux gastro-oesophagien, les pathologies neurodégénératives digestives ainsi que les maladies du foie et plus particulièrement le carcinome hépato-cellulaire. Sa proximité avec les services de soin et les différentes unités de recherche de l’Institut des Maladies de l’Appareil Digestifs (Imad) sont un atout majeur pour le développement de projets de recherche translationnelle.

31 études de recherche clinique en gastro-nutrition sont actuellement menées au sein du CIC-GN. 25 études sont menées en hépato-gastroentérologie dont près de 2/3 sont issues d’un centre hospitalier, l’autre tiers provenant de l’industrie pharmaceutique.
Il s’agit principalement d’études de physiopathologie et de pharmacologie digestive portant sur les maladies inflammatoires chroniques intestinales, le reflux gastro-oesophagien et les maladies motrices oesophagiennes. Plusieurs études sur les techniques innovantes d’endoscopie digestive (vidéo-capsule, endomicroscopie, endocytoscopie…) sont également
en cours de développement.

Plateforme de “recherche appliquée à l’homme” de l’Imad, le centre d’investigation clinique gastro-nutrition (CIC-GN )occupe une surface de 274 m2, sur le site hôtel-Dieu du CHU de Nantes. Intégré au centre d’investigation clinique (CIC)de Nantes dont il est l’une des trois équipes fondatrices (en 2001), le CIC-GN a pour mission d’organiser et d’encadrer les protocoles de recherche proposés aux patients, en assurant des conditions de sécurité, de qualité et d’éthique optimales.

Entièrement dédié aux études dans le domaine de l’hépato-gastroentérologie et de la nutrition, le CIC-GN dispose, pour accueillir les patients volontaires, de trois chambres (dont une de thérapie génique), d’une salle d’examen, d’une salle de soin et d’une salle d’attente. Au sein du CIC-GN, trois personnes veillent au quotidien au bon déroulement des études.
Eliane Hivernaud, infirmière de recherche clinique, est responsable des prélèvements et du suivi des patients admis, Stéphanie Bardot, technicienne d’études cliniques, est garante du respect des bonnes pratiques cliniques lors du déroulement des études d’hépato-gastroentérologie. Enfin, Fabienne Vavasseur assure la coordination des différents intervenants, notamment, au cours des essais cliniques complexes faisant intervenir différents services de soins ou plateaux techniques.

Dirigé par le professeur Stanislas Bruley des Varannes, le CIC-GN est organisé en comité technique réunissant cliniciens, chercheurs, biologiste et pharmacien. Ce comité, qui se réunit tous les 3 mois, suit les projets en cours et évalue tout nouveau projet de recherche
clinique avant sa mise en oeuvre.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”