Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les atouts du centre d’investigation clinique gastro-nutrition

"A+" c'est la note attribuée, en 2008, au centre d'investigation clinique Plurithématique de Nantes, par ses tutelles, lors de son évaluation quadriennale. Forte de cette réussite, l'équipe Gastro-nutrition du CIC (CIC-GN) souhaite poursuivre ses investigations en privilégiant 5 axes prioritaires : les nouvelles technologies en endoscopie, les maladies inflammatoires digestives, le reflux gastro-oesophagien, les pathologies neurodégénératives digestives ainsi que les maladies du foie et plus particulièrement le carcinome hépato-cellulaire. Sa proximité avec les services de soin et les différentes unités de recherche de l'Institut des Maladies de l'Appareil Digestifs (Imad) sont un atout majeur pour le développement de projets de recherche translationnelle.

« A+ » c’est la note attribuée, en 2008, au centre d’investigation clinique Plurithématique de Nantes, par ses tutelles, lors de son évaluation quadriennale. Forte de cette réussite, l’équipe Gastro-nutrition du CIC (CIC-GN) souhaite poursuivre ses investigations en privilégiant 5 axes prioritaires : les nouvelles technologies en endoscopie, les maladies inflammatoires digestives, le reflux gastro-oesophagien, les pathologies neurodégénératives digestives ainsi que les maladies du foie et plus particulièrement le carcinome hépato-cellulaire. Sa proximité avec les services de soin et les différentes unités de recherche de l’Institut des Maladies de l’Appareil Digestifs (Imad) sont un atout majeur pour le développement de projets de recherche translationnelle.

31 études de recherche clinique en gastro-nutrition sont actuellement menées au sein du CIC-GN. 25 études sont menées en hépato-gastroentérologie dont près de 2/3 sont issues d’un centre hospitalier, l’autre tiers provenant de l’industrie pharmaceutique.
Il s’agit principalement d’études de physiopathologie et de pharmacologie digestive portant sur les maladies inflammatoires chroniques intestinales, le reflux gastro-oesophagien et les maladies motrices oesophagiennes. Plusieurs études sur les techniques innovantes d’endoscopie digestive (vidéo-capsule, endomicroscopie, endocytoscopie…) sont également
en cours de développement.

Plateforme de “recherche appliquée à l’homme” de l’Imad, le centre d’investigation clinique gastro-nutrition (CIC-GN )occupe une surface de 274 m2, sur le site hôtel-Dieu du CHU de Nantes. Intégré au centre d’investigation clinique (CIC)de Nantes dont il est l’une des trois équipes fondatrices (en 2001), le CIC-GN a pour mission d’organiser et d’encadrer les protocoles de recherche proposés aux patients, en assurant des conditions de sécurité, de qualité et d’éthique optimales.

Entièrement dédié aux études dans le domaine de l’hépato-gastroentérologie et de la nutrition, le CIC-GN dispose, pour accueillir les patients volontaires, de trois chambres (dont une de thérapie génique), d’une salle d’examen, d’une salle de soin et d’une salle d’attente. Au sein du CIC-GN, trois personnes veillent au quotidien au bon déroulement des études.
Eliane Hivernaud, infirmière de recherche clinique, est responsable des prélèvements et du suivi des patients admis, Stéphanie Bardot, technicienne d’études cliniques, est garante du respect des bonnes pratiques cliniques lors du déroulement des études d’hépato-gastroentérologie. Enfin, Fabienne Vavasseur assure la coordination des différents intervenants, notamment, au cours des essais cliniques complexes faisant intervenir différents services de soins ou plateaux techniques.

Dirigé par le professeur Stanislas Bruley des Varannes, le CIC-GN est organisé en comité technique réunissant cliniciens, chercheurs, biologiste et pharmacien. Ce comité, qui se réunit tous les 3 mois, suit les projets en cours et évalue tout nouveau projet de recherche
clinique avant sa mise en oeuvre.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.