Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les micro et nanotechnologies, nouvelles armes contre la douleur

Le Dr Jean Pierre Estebe, responsable du centre d'évaluation et de traitement de la douleur, vient de recevoir le 1er prix des communications de la Société française d'évaluation et de traitement de la douleur pour ses travaux.

Le Dr Jean Pierre Estebe, responsable du centre d’évaluation et de traitement de la douleur, vient de recevoir le 1er prix des communications de la Société française d’évaluation et de traitement de la douleur pour ses travaux.

C’est le résultat de 10 ans de recherche pour mettre au point des microsphères : ces composés microscopiques agissent comme un filet emprisonnant un produit anesthésique local et vont le libérer de manière prolongée et contrôlée. Le bénéfice pour le patient est évident. Il reçoit, en une seule injection, la dose utile avec le minimum d’effets secondaires et avec une diminution du risque infectieux ou cardiovasculaire. En effet, ces microsphères permettent d’éviter l’utilisation d’un cathéter, ce qui rend possible les soins à domicile dans un environnement familier au patient.

En collaboration avec d’autres équipes (Angers, Bordeaux, San Diego, Winston-Salem), les chercheurs explorent cette piste prometteuse tant pour l’anesthésie, que pour la lutte contre la douleur mais également pour la cancérologie. Bientôt, la nanotechnologie permettra de miniaturiser des sphères capables de franchir les barrières biologiques pour aller se fixer sur une cible donnée rendant plus efficace certains traitements comme les vaccins.

Le projet rennais élaboré avec les équipes universitaires porte actuellement sur l’étude d’un anesthésique efficace mais toxique : le Laroxyl. Elles ont démontré à quel point nous sommes inégaux devant le traitement. Certains absorbent 80% du médicament lors de son passage dans le tube digestif, d’autres moins de 5%. Quand il atteint le foie, la transformation se fait de manière variable en fonction du patrimoine biologique. La composante génétique modifie ainsi l’efficacité du médicament.

D’où l’intérêt de comprendre ces mécanismes pour « prédire » la dose efficace avec le moins d’inconvénients pour le patient. A terme, la carte d’identité génétique aidera à prodiguer le meilleur traitement au patient !
Le Dr Estèbe y travaille au sein de l’unité de recherche UPRES 3892 (optimisation biopharmaceutique par modulation des passages transmembranaires) et souhaite passer rapidement à la phase suivante : la recherche clinique avec l’aide de partenaires publics et privés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”