Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les structures de recherche en santé ont leur maison

La recherche en santé a désormais ses quartiers dans un immeuble neuf à l'angle de la chaussée de la Madeleine et du quai Moncousu : deux plateaux pour réunir toutes les structures d'appui à la recherche en santé et mener une politique commune.

La recherche en santé a désormais ses quartiers dans un immeuble neuf à l’angle de la chaussée de la Madeleine et du quai Moncousu : deux plateaux pour réunir toutes les structures d’appui à la recherche en santé et mener une politique commune.

« La parfaite coordination politique de l’hôpital, l’université, l’Inserm et la Région génère un climat propice à une recherche vivante. La collaboration avec l’Inserm, initiée de longue date, a permis à Nantes de prendre un avantage, estime Anne-Claire Swan, directeur adjoint à la direction des affaires médicales et de la recherche : les différents responsables ont su s’allier pour aller dans le même sens, et la naissance de la maison de la recherche en santé traduit ces liens sur un lieu commun ».

La structure, qui a ouvert ses portes le 30 mai, regroupe la cellule de promotion de la recherche clinique, le bureau réseaux-recherchevalorisation, la délégation à la recherche clinique et à l’innovation, la délégation interrégionale à la recherche clinique grand Ouest, le cancéropôle grand Ouest, le comité de protection des personnes, l’institut fédératif de recherche 26 et le centre d’investigation clinique, en liaison avec l’unité de formation et de recherche de médecine. Les services de la délégation régionale de l’Inserm de Nantes se sont aussi installés dans les locaux. Ainsi réunis, « Nous pourrons travailler ensemble de façon plus directe », se réjouit Marianne Desmedt, administratrice de la structure et déléguée régionale de l’Inserm pour les régions Bretagne et Pays de la Loire.

Le CHU de Nantes compte aujourd’hui 11 unités labellisées qui sont réévaluées tous les quatre ans par des commissions spécialisées par domaine d’activité. La labellisation est une reconnaissance de la qualité scientifique du travail mené ; elle fait également partie des indicateurs de la mairie pour l’attribution de montants dédiés. Par ailleurs, gage de qualité et d’observation de bonnes pratiques, elle pèse dans le cadre d’appels d’offres. Plusieurs dossiers sont en cours d’instruction. En janvier 2008, de nouvelles équipes de cancérologie rejoindront l’Institut fédératif de recherche (IFR).

Le schéma directeur du CHU défend la création de structures neuves et la conservation des surfaces actuelles, pour aller toujours dans le sens du développement. La maison de la recherche jouera notamment un rôle de veille sur les appels d’offres et aidera à la structuration et au montage des projets, qui demandent beaucoup de temps.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.