Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’hôpital Louis Mourier accrédité sans réserve

Le Collège de l'Accréditation a conclu que le centre hospitalier universitaire Louis-Mourier avait satisfait à la procédure d'accréditation sans réserve pour une durée de 5 ans.

Le Collège de l’Accréditation a conclu que le centre hospitalier universitaire Louis-Mourier avait satisfait à la procédure d’accréditation sans réserve pour une durée de 5 ans.

Le rapport souligne :

– La clarté des orientations stratégiques de l’hôpital et l’avancée sur des projets structurants, comme le centre périnatal de type III ou le développement des relations avec l’hôpital de Nanterre.
– La qualité de l’accueil du patient et de sa prise en charge, préoccupation partagée par l’ensemble des acteurs de l’établissement. Des outils de coordination de la prise en charge des patients existent et l’ANAES souligne la qualité des réponses apportées aux besoins spécifiques des hospitalisés ainsi que la prise en charge et l’accompagnement de la fin de vie.
– L’ancienneté et la pertinence de la politique qualité de l’hôpital, engagé depuis plus de 10 ans dans cette démarche avec un passage progressif des activités d’évaluation à une démarche d’amélioration continue de la qualité. L’ANAES souligne le très grand dynamisme de l’établissement en la matière.
– Enfin, le rapport d’accréditation note que « la réelle qualité de l’ensemble des vigilances sanitaires et sécurité transfusionnelle mérite d’être relevée ».

Conformément au rapport d’autoévaluation de l’hôpital, le collège préconise 6 recommandations afin de poursuivre la dynamique engagée.
Elles sont au coeur de la politique qualité de l’hôpital.

1- Généraliser la traçabilité de l’information délivrée au patient, notamment en matière de réflexion bénéfice risque et de consentement.
2- Poursuivre les actions contribuant à garantir la confidentialité.
3- Mettre en oeuvre et évaluer les actions d’amélioration du dossier du patient.
4- Activer la politique de rénovation des locaux.
5- Mettre en oeuvre la gestion prévisionnelle des emplois.
6- S’assurer de l’exhaustivité des déclarations à la CNIL.

L’hôpital Louis-Mourier est le 14ème établissement de l’AP-HP accrédité.

L’hôpital universitaire Louis-Mourier (AP-HP) est situé à Colombes dans les Hauts-de-Seine.

Il comprend 569 lits et places répartis autour de plusieurs pôles d’activité : pédiatrie, néonatologie et gynécologie-obstétrique ; pôle digestif médico- chirurgical ; services de médecine interne, réanimation ; service de psychiatrie ; un pôle gérontologique avec une unité de soins de longue durée. La construction d’un centre périnatal de type III, avec une réanimation néonatale, est un projet majeur des trois prochaines années.
L’hôpital dispose également d’un plateau technique performant en imagerie, biologie et explorations fonctionnelles ainsi que d’un service d’odontologie.

Afin d’assurer une offre de soins hospitaliers publics cohérente dans leur bassin de vie, les hôpitaux Louis-Mourier et Max-Fourestier (Nanterre) ont constitué un syndicat interhospitalier (SIH). Dans ce cadre sont gérés conjointement le service d’accueil des urgences, l’organisation de la garde chirurgicale, l’activité d’anatomo-cyto pathologie et l’ouverture de lits soins de suite et de réadaptation. Une réflexion approfondie est menée pour une convergence des projets médicaux des deux hôpitaux visant à organiser de manière harmonieuse les prises en charges médicales et chirurgicales sur les deux sites.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”