Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Maison médicale de garde au CHU : une solution à l’engorgement des urgences

La Maison Médicale de Garde de l’Agglomération Dijonnaise, est désormais implantée face aux urgences adultes du CHU. Ses 12 médecins généralistes apportent une réponse adaptée aux patients ayant composé le 15 ou se présentant spontanément aux urgences alors que leur situation relève d'une consultation de médecine générale. Les urgentistes peuvent ainsi se concentrer sur les malades les plus lourds ; les flux s’en trouvent allégés et les prises en charge des pathologies bénignes accélérées. Le Dr Didier Honnart, chef du pôle Anesthésie, réanimation chirurgicale, urgences commente cette installation effective depuis février 2012.

La Maison Médicale de Garde de l’Agglomération Dijonnaise, est désormais implantée face aux urgences adultes du CHU. Ses 12 médecins généralistes  apportent une réponse adaptée aux patients ayant composé le 15 ou se présentant spontanément aux urgences alors que leur situation relève d’une consultation de médecine générale. Les urgentistes peuvent ainsi se concentrer sur les malades les plus lourds ; les flux s’en trouvent allégés et les prises en charge des pathologies bénignes accélérées. Le Dr Didier Honnart, chef du pôle Anesthésie, réanimation chirurgicale, urgences commente cette installation effective depuis février 2012.

L’organisation de la prise en charge des urgences et des soins non programmés doit reposer sur l’hôpital, le secteur privé et la médecine libérale. Cette dernière est pour l’instant le mode d’exercice quasi-exclusif de la médecine générale, spécialité à part entière, distincte de la médecine d’urgence. Les soins non programmés relevant de cette spécialité doivent être assurés par les médecins généralistes et la Maison Médicale de Garde de l’Agglomération Dijonnaise, association de loi 1901, est une structure parfaitement adaptée à cet exercice libéral. Son implantation à proximité des urgences mais dans des locaux distincts rend son accès aisé tout en évitant une confusion avec le Service Régional d’Accueil des Urgences (SRAU).

Quel est l’intérêt de cette proximité est pour les malades ? Les patients trouvent sur le même site une réponse adaptée quelle que soit la gravité de leur pathologie. En période de garde, un patient souffrant par exemple d’une angine a besoin d’une consultation médicale de 5 à 10 minutes mais risque d’attendre plusieurs heures dans un service d’urgence dont la vocation première sera de soigner les malades les plus graves. Cette pathologie ne justifie pas le déplacement du médecin au domicile. La MMG constitue donc une réponse adaptée.

Quel est l’intérêt pour les médecins généralistes ? Il faut le leur demander mais il s’agit de médecins impliqués dans la permanence des soins qui ont un attrait pour l’activité non programmée qui peut apporter des satisfactions  professionnelles. La proximité des urgences amène des conditions d’exercice en sécurité, ce qui est une demande forte et légitime des médecins généralistes, particulièrement des femmes qui ne souhaitent pas être de nuit dans un cabinet médical isolé.

– Quelle est la moyenne de fréquentation ? Elle est en cours d’évaluation, il est trop tôt pour dresser un premier bilan. Mais il faut rappeler que le mode d’adressage normal sur la MMG est la régulation médicale libérale du 15 bis. La MMG n’a pas vocation à ne prendre que des malades des urgences.

– Les délais d’attente sont ils réduits par rapport au SRAU ? Les délais d’attente à la MMG sont courts, le médecin peut consulter entre 4 et 6 patients à l’heure. Contrairement aux urgences où l’ordre de passage se fait selon la gravité, à la MMG, c’est l’ordre d’arrivée qui est pris en compte.

– Les délais d’attente et la fréquentation du SRAU ont-ils été réduits aussi ? Ils ne sont pas modifiés pour les patients du circuit dit long qui nécessitent une hospitalisation, donc des soins plus complexes et la recherche parfois difficile et longue d’un lit d’hospitalisation. Idem pour les malades de l’urgence vitale dont le délai de prise en charge est immédiat mais le séjour en salle de déchocage parfois prolongé. L’équipe peut se recentrer sur le cœur de sa mission en n’imposant pas de longues attentes à des consultants qui peuvent être prise en charge par le médecin généraliste.

– Comment s’opère l’orientation des patients ? Le mode habituel d’entrée est donc hors urgences par la régulation du 15 bis ; pour les malades qui s’égareraient aux urgences pour un motif de médecine générale, l’infirmière d’accueil, grâce à une procédure écrite, peut en fonction de ses constatations proposer  (jamais imposer) l’alternative de la MMG. En cas de doute, elle peut solliciter l’avis du médecin urgentiste référent.

– Quelles sont les modalités de fonctionnement ? La MMG est ouverte 7/7 de 20h à 24h en semaine, 12h-24h les samedis et 8h-24h les dimanches et fériés.

– Pourquoi les consultations à la MMG coûtent-elles 42 et 60 euros ? Le tarif des consultations est le même qu’aux urgences, c’est le prix d’une consultation à 23 € augmentée des suppléments de nuit et dimanche selon la période.

– Que reste t-il à charge du patient in fine ? Comme pour les urgences, le ticket modérateur, en général pris en charge par les mutuelles.

– Selon vous, est ce un concept original ? Ce concept était original lors de notre premier projet en 2001, époque à laquelle les coopérations privé/public n’étaient pas toujours admises, par les uns comme par les autres. C’est aujourd’hui une pratique incontournable.

– D’autres hôpitaux disposent ils d’une MMG accolée aux urgences ? Oui, ou au sein même des urgences ce qui peut à mon avis entretenir la confusion. Il vaut mieux un local proche mais distinct.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.