Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Maladies graves : l’ambulatoire plutôt qu’une hospitalisation conventionnelle de plusieurs jours

Appréciée des patients, l'hospitalisation d'un jour est privilégiée pour soigner un nombre croissant de pathologies courantes. Aujourd'hui, les CHU étendent ce modèle aux maladies lourdes et chroniques. Ainsi, l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille propose aux personnes suivies pour une tumeur au cerveau, une sclérose en plaques ou une douleur chronique réfractaire de passer seulement quelques heures dans une unité de jour pour recevoir leur traitement. Dans cette nouvelle structure, une vingtaine de peronnes sont accueillies chaque jour par des équipes soignantes spécialisées. Souvent jeunes et actifs, les patients retournent à leur travail après un bref passage au rez-de-chaussée de l’hôpital d’adultes de la Timone.

Appréciée des patients, l’hospitalisation d’un jour est privilégiée pour soigner un nombre croissant  de pathologies courantes. Aujourd’hui, les CHU étendent ce modèle aux maladies lourdes et chroniques. Ainsi, l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille propose aux personnes suivies pour une  tumeur au cerveau, une sclérose en plaques ou une douleur chronique réfractaire de passer seulement quelques heures dans une unité de jour pour recevoir leur traitement. Dans cette nouvelle structure, une vingtaine de peronnes sont accueillies chaque jour par des équipes soignantes spécialisées. Souvent jeunes et actifs, les patients retournent à leur travail après un bref passage au rez-de-chaussée de l’hôpital d’adultes de la Timone.
Ces patients bénéficient d’horaires adaptés, d’un accès direct au service, d’un suivi personnalisé, d’un meilleur accès à l’innovation diagnostique et thérapeutique, d’un personnel spécialisé présent sur place qui les met en confiance et, quand cela s’avère nécessaire, d’un accès au plateau technique de la Timone.
3 structures regroupées dans les nouveaux locaux de l’hôpital de jour
2 hôpitaux de jour de neuro-oncologie (tumeurs au cerveau) – Pr Olivier Chinot et de neurologie – maladies inflammatoires (sclérose en plaques) – Pr Jean Pelletier et un Centre d’évaluation et de traitement de la douleur (spécilaisé dans la douleur l’enfant, de l’adolescent et des personnes âgées, dans la migraine chez l’adulte et les douleurs irréductibles) – Dr Anne Donnet
De nouveaux métiers apparaissent comme la fonctin d’infirmière spécialisée (« Nurse practioner ») qui assure la coordination des soins.
Et l’éducation thérapeutique est soutenue afin de rendre le patient acteur de la prise en charge de sa maladie.
Origine des patients accueillis en hospitalisation de jour
50% des Bouches-du-Rhône (hors Marseille)
25% de Marseille
25% d’autres départements, dont 10% hors PACA

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.