Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Malformations ano-rectales ou pelviennes : Nantes,centre de référence

Les malformations ano-rectales ou pelviennes (MAREP) touchent environ 1 enfant sur 5 000. En France, c'est donc, chaque année, près de 200 nouveaux-nés qui naissent atteints de ces malformations. Conséquences d'anomalies du développement de la partie terminale du tube digestif, ces maladies comportent des atteintes très diverses et s'accompagnent d'une altération de la qualité de vie des malades et de leurs familles. Depuis plus de dix ans, le CHU de Nantes a développé une véritable expertise dans la prise en charge des MAREP

Les malformations ano-rectales ou pelviennes (MAREP) touchent environ 1 enfant sur 5 000. En France, c’est donc, chaque année, près de 200 nouveaux-nés qui naissent atteints de ces malformations. Conséquences d’anomalies du développement de la partie terminale du tube digestif, ces maladies comportent des atteintes très diverses et s’accompagnent d’une altération de la qualité de vie des malades et de leurs familles. Depuis plus de dix ans, le CHU de Nantes a développé une véritable expertise dans la prise en charge des MAREP.

Des progrès majeurs ont été réalisés ces dix dernières années en matière de chirurgie réparatrice. Toutefois, dans la majorité des cas, celle-ci n’est pas suffisante et doit s’intégrer dans une prise en charge globale du malade faisant appel à des compétences complémentaires transversales, tout au long de la vie du malade.

Depuis plus de dix ans, le CHU de Nantes a développé une véritable expertise dans la prise en charge des MAREP. Actuellement, 200 enfants – venus de Loire-Atlantique, Vendée, Maine-et-Loire, Morbihan – sont suivis dans le service de chirurgie pédiatrique du professeur Yves Héloury. Les adultes viennent, quant à eux, de la France métropolitaine et des Dom-Tom pour se faire soigner au sein de l’IMAD.

En mai 2007, le pôle clinique de l’IMAD dirigé par le professeur Paul-Antoine Lehur et le service de chirurgie viscérale pédiatrique du professeur Sabine Sarnaki (Hôpital Necker – Enfants malades Paris) ont été labellisés « Centre de référence pour les malformations
anorectales ou pelviennes rares ».
La création de ce centre de référence correspond à une réelle attente des malades et de leurs familles. « ujourd’hui, les enfants sont bien pris en charge, mais il manquait un relais lors de leur passage à l’âge adulte, explique le professeur Lehur les associations de malades considéraient que le système n’était pas lisible. En tant que centre de référence, nos missions sont nombreuses. Il nous faut constituer un maillage national. Il s’agit d’identifier les spécialistes vers lesquels peuvent se tourner les familles. Nous avons donc commencé à contacter nos collègues en chirurgie infantile et adulte pour mettre en place, au sein des régions, des centres de compétences coordonnés par le centre de référence. »

Pour pallier l’hétérogénéité des pratiques sur le territoire national, le centre s’est fixé pour mission de définir un parcours de soins coordonnés permettant aux différentes équipes spécialisées d’assurer une prise en charge optimale des patients, en prenant en compte les avancées scientifiques et l’analyse des résultats à long terme. A Nantes, lorsque les patients n’ont plus l’âge d’être suivis par le service de chirurgie pédiatrique, leur prise en charge est relayée au sein du pôle clinique de l’IMAD.

« L’un de nos objectifs est de formaliser ce passage de l’adolescence à l’âge adulte en établissant une vraie transition avec des consultations spécialisées » commente le professeur Héloury. Le centre aura aussi pour mission de coordonner l’intervention des divers spécialistes concernés par la prise en charge de ces malformations : diététiciens, rééducateurs, stomathérapeutes… « Nous voulons réunir toutes les compétences pour les mettre au service des nouveaux entrants dans la maladie et les aider à s’insérer socialement et familialement ». A cette fin, un groupe d’infirmières spécialisées dans la prise en charge des troubles sphinctériens de l’enfant été constitué : elles sont trois à partager un temps plein financé par le centre, mettant au service des familles leurs compétences et leurs expériences. Un attaché de recherche clinique sera recruté pour initier un registre, répondre aux familles, créer une hot-line, un site internet, un thésaurus médical adaptant l’existant aux pathologies concernées.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.