Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Mission en Haïti après le passage des 3 cyclones

Début septembre 2008 trois cyclones successifs se sont abattus sur Haïti provoquant une catastrophe naturelle sans précédent dans une île aux infrastructures déjà fragilisées. La communauté internationale s'est mobilisée. Les soutiens vinrent d'abord des structures les plus proches du pays. Le CHU de Fort-de-France, partenaire privilégié, a immédiatement dépêché sur place une équipe et des moyens logistiques.

Début septembre 2008 trois cyclones successifs se sont abattus sur Haïti provoquant une catastrophe naturelle sans précédent dans une île aux infrastructures déjà fragilisées. La communauté internationale s’est mobilisée. Les soutiens vinrent d’abord des structures les plus proches du pays. Le CHU de Fort-de-France, partenaire privilégié, a immédiatement dépêché sur place une équipe et des moyens logistiques.

Le Dr Stéphane Malbranque, Praticien Hospitalier en médecine légale au CHU de Fort-de-France, Hôpital Pierre Zobda Quitman, a effectué durant neuf jours dans les villes de Cabaret et de Gonaives (HAÏTI) dès le 06 septembre, une mission de soutien et coordination des secours à la demande de l’Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS), branche de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) pour la région Caraïbes. Une aventure humaine et professionnelle très dense.

Riche de sa formation en médecine de catastrophe et de l’expérience de missions précédentes (cyclone Ivan à la Grenade, crash aérien du Vénézuéla), l’Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS) a sollicité sa présence sur place afin de gérer au mieux les victimes décédées. Son rôle a essentiellement consisté à recueillir le plus précisément possible les corps (avec « relevage » si besoin de ceux-ci), à organiser les identifications visuelles par les survivants et à conseiller pour les inhumations afin d’éviter les risques sanitaires liés aux corps en décomposition. Tout ceci en collaboration étroite avec les autorités sanitaires et les magistrats locaux.

Dans un deuxième temps, le Dr Stéphane Malbranque a également coordonné les actions de soins de l’ensemble des partenaires de santé (notamment les ONG), la gestion et la distribution des dons de médicaments pour les centres de santé de la région de l’Artibonite, sans oublier les centres de réfugiés, les orphelinats et …la prison où sévit la tuberculose et de nombreuses pathologies infectieuses. Sa mission comprenait également la prévention des risques sanitaires (paludisme, fièvre typhoïde…) pour les sinistrés estimés à 350 000 personnes.

Chaque mission de secours et de soutien à l’étranger est différente ; chacune réclame compétence, efficacité et adaptation à un monde autre, parfois déroutant. « Pour poursuivre un engagement lucide, il faut dès le retour évaluer ce qui a été fait… et c’est une invitation à la modestie ! … témoigner de ce qui a été vu : courage, dignité et violence mêlés, et chercher un sens à la mission – qui dépasse le cadre strictement médico-légal – par une remise en cause de soi-même. Une autre manière de progresser… » commente le Dr Stéphane Malbranque.

A gauche le Dr Stéphane Malbranque , Consultant OPS/OMS; au centre : Orcel MARDY, Logisticien OPS/OMS, à droite le Dr Jean-Philippe BREUX, Epidémiologiste à l’OPS.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”