Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Mort subite des footballeurs : un cardiologue du CHU en 1re ligne

« Il ne s'agit pas de dénigrer la pratique sportive : elle est et reste excellente pour la santé. En revanche, elle peut être délétère lorsque celui qui la pratique est atteint d'une pathologie non détectée. C'est pourquoi nous lançons cette campagne nationale ». Le professeur Etienne Aliot, chef du pôle cardio-vasculaire du CHU de Nancy, est également spécialiste de la mort subite des footballeurs et membre de la commission médicale de la Fédération Française de Football. C'est donc lui qui apporte son expertise à la campagne nationale « Les gestes qui sauvent ».

« Il ne s’agit pas de dénigrer la pratique sportive : elle est et reste excellente pour la santé. En revanche, elle peut être délétère lorsque celui qui la pratique est atteint d’une pathologie non détectée. C’est pourquoi nous lançons cette campagne nationale ».

Le professeur Etienne Aliot, chef du pôle cardio-vasculaire du CHU de Nancy, est également spécialiste de la mort subite des footballeurs et membre de la commission médicale de la Fédération Française de Football. C’est donc lui qui apporte son expertise à la campagne nationale « Les gestes qui sauvent » lancée par les pouvoirs publics et relayée par la FFF et sa Ligue de Football Amateur (LFA), la Ligue de Football Professionnel (LFP), l’Union Nationale des Footballeurs Professionnels (UNFP), l’Union des Clubs Professionnels de Football (UCPF), l’Union Nationale des Entraîneurs et Cadres Techniques du Football (UNECTF) et enfin la Croix Rouge.

Concrètement, il s’agit d’ici à 2012, de former les milieux du football, amateur et professionnel, aux gestes qui sauvent des vies sur les terrains et parmi eux, les premiers soins à donner en cas d’arrêt cardiaque. Désormais dans chaque club amateur français (il y en a 10 000 sur tout le territoire) un arbitre, un joueur, un éducateur et un dirigeant seront initiés à la pratique des gestes de premiers secours qui se déclinent en 3 étapes indissociables : appeler le 15, masser et défibriller.

« Cette formation prenant appui sur les gens de terrain a le mérite de lutter contre la mort subite dans les stades y compris dans les plus petits clubs, explique Etienne Aliot, mais aussi de voir 40 000 nouveaux citoyens français formés à intervenir en cas de besoin dans la vie de tous les jours. » Comme dans le même temps, les communes s’équipent de plus en plus de défibrillateurs automatisés externes, à l’image de la Communauté Urbaine du Grand Nancy qui a créé l’association Grand Nancy Défi’b présidée également par le cardiologue nancéien, la France devrait pouvoir dans les années prochaines rattraper son retard face à des pays comme la Scandinavie.

Une mobilisation citoyenne de l’ensemble du football français au profit d’une campagne de santé publique où le Pr Etienne Aliot fait figure d’attaquant en matière de lutte contre l’arrêt cardiaque. Le spécialiste ne manque dans ce domaine ni d’idées ni de projets : programmer les GPS pour qu’ils signalent les défibrillateurs en usage public ou encore profiter de l’affluence les soirs de match pour organiser des cessions de formation.

En savoir + : www.foot-gestespourunevie.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.