Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nancy / Papeete : la greffe de rein avec donneur vivant, une 1ère en Polynésie !

2 premières greffes rénales avec donneur vivant viennent d'être réalisées avec succès en Polynésie, en octobre 2013. Le couronnement de 13 années d'efforts et d'engagement solidaire du Dr Pascale Testevuide, néphrologue référente greffe à l’hôpital de Taaoné à Papeete soutenu par le Pr Michèle Kessler, responsable du programme donneur vivant au CHU de Nancy.

2 premières greffes rénales avec donneur vivant viennent d’être réalisées avec succès en Polynésie, en octobre 2013. Le couronnement de 13 années d’efforts et d’engagement solidaire du Dr Pascale Testevuide, néphrologue référente greffe à l’hôpital de Taaoné à Papeete soutenu par le Pr Michèle Kessler, responsable du programme donneur vivant au CHU de Nancy.
C’est en 2000 que Pascale Testevuide, ancienne élève du Pr Kessler durant sa spécialisation en néphrologie à Nancy, débute sa réflexion pour la mise en place à Papeete d’un programme de greffe de rein. Tout naturellement, la néphrologue nancéienne et ancienne présidente de l’Agence de biomédecine, met sa grande expérience et sa force de conviction au service du projet. Son soutien à l’équipe médicale polynésienne va contribuer à lever les différents obstacles administratifs ainsi que les résistances culturelles locales. L’autorisation accordée en août 2013 permet alors d’inscrire très rapidement les premiers couples donneurs / receveurs.
Le Pr Michèle Kessler se rend à Papeete au début du mois pour superviser la préparation et le suivi des patients par l’équipe de Néphrologie tahitienne. Successivement, les 8 et 10 octobre, 2013 un homme d’âge moyen reçoit le rein de son épouse et une jeune femme celui de sa sœur. Les interventions chirurgicales sont réalisées par le Pr Arnaud Méjean qui exerce à l’hôpital européen Georges Pompidou (AP-HP) et qui a formé les deux urologues de l’hôpital de Taaoné. Contrairement au CHU de Nancy qui dispose d’un robot chirurgical, les prélèvements des greffons sont réalisés sous coelioscopie simple. Par la suite, l’équipe prévoit de réaliser environ 6 greffes avec donneur vivant chaque année.
Cette nouvelle offre de soins est donc désormais accessible à l’ensemble des Polynésiens. Une avancée considérable pour les habitants d’outre-mer qui devaient, pour pouvoir se faire greffer, s’installer de longs mois en métropole.

La prochaine étape verra la mise en place du protocole de greffe rénale avec donneur décédé de mort encéphalique. Une procédure complexe sur un territoire comme la Polynésie française qui obligera les équipes médicales à organiser dans la foulée deux transplantations pour ne pas perdre un greffon. Une grande campagne d’information sera lancée auprès de la population polynésienne en novembre 2013 en lien avec les institutions locales.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.