Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Dépistage des maladies pulmonaires des détenus : Un nouvel appareil de radiologie numérisée à la Maison d’Arrêt de Reims

Pour améliorer la santé des détenus, l’ARS de Champagne-Ardenne et le CHU de Reims ont doté l’Unité de Consultations et de Soins Ambulatoires (UCSA) de la Maison d’Arrêt d’un appareil de radiologie numérisée. Cet investissement de 100 000 euros facilitera aussi le travail quotidien de l’équipe de l’UCSA qui œuvre 7 jours sur 7.

Pour améliorer la santé des détenus, l’ARS de Champagne-Ardenne et le CHU de Reims ont doté l’Unité de Consultations et de Soins Ambulatoires (UCSA) de la Maison d’Arrêt d’un nouvel appareil de radiologie numérisée. Cet investissement de 100 000 euros facilitera aussi le travail quotidien de l’équipe de l’UCSA qui œuvre 7 jours sur 7.
« Dans le cadre du dépistage de la tuberculose, la loi pénitentiaire fait obligation de pratiquer un bilan pulmonaire à l’entrée de chaque détenu mais aussi un mois avant sa sortie, explique le Docteur Philippe Duntze, médecin coordonnateur de l’UCSA depuis plus de trente ans. Grâce à ce nouvel outil, l’image obtenue est de meilleure qualité, nous pouvons la voir en direct et la montrer aux patients, elle a un rôle pédagogique. »
L’appareil de radiologie numérisée permet également de télétransmettre les clichés des personnes détenues à des radiologues localisés au sein du CHU de Reims. L’interprétation des clichés est donc réalisée dans des délais beaucoup plus restreints. Cette organisation permet par ailleurs d’éviter les extractions de personnes détenues (sorties de la  Maison d’Arrêt pour se rendre au CHU), ce qui permet une meilleure prise en charge et minimise les risques d’évasion.

Unité fonctionnelle « délocalisée » du CHU de Reims, l’UCSA a trois missions prioritaires :

–          le dépistage et le repérage des pathologies dont souffrent les détenus
–          l’organisation et l’apport de soins médicaux de même qualité en milieu carcéral qu’en milieu ouvert
–          la formation, la prévention et l’éducation sanitaire
Dans les locaux de l’UCSA, au sein de la  Maison d’Arrêt de Reims, une consultation dentaire, une consultation d’alcoologie, des entretiens avec un psychologue et des séances avec un masseur-kinésithérapeute sont également organisés. Enfin, des ateliers de prévention, notamment autour du tabac, sont régulièrement proposés.
«  Notre objectif, c’est soigner en étant certes vigilants mais surtout respectueux de chaque personne. » commente le Docteur Duntze

L’UCSA en chiffres

L’UCSA fonctionne 7 jours sur 7 avec une équipe constituée d’un praticien hospitalier à temps partiel, de trois infirmières à temps plein, d’un préparateur en pharmacie basé au CHU, d’une manipulatrice radio à raison d’une vacation par semaine, d’une secrétaire médicale à temps partiel, d’un psychologue à temps plein, d’un psychiatre en vacation hebdomadaire et d’une équipe de dentistes pour plusieurs vacations.
En 2009, 3 695 consultations de médecine générale ont été effectuées, 689 consultations dentaires, 296 consultations individuelles tabac/alcoologie, 258 consultations de psychiatrie et 886 entretiens avec un psychologue.

La prise en charge des personnes détenues en Champagne-Ardenne 

En Champagne-Ardenne, la population carcérale est répartie dans 7 établissements pénitentiaires (5 maisons d’arrêt, un centre de détention, une maison centrale).
En 1994, le législateur a souhaité faire évoluer de manière importante les modalités d’organisation de l’offre sanitaire pour les personnes incarcérées. Ainsi, la prise en charge des soins ne relève plus de l’administration pénitentiaire mais du service public hospitalier et l’infirmerie de la Maison d’Arrêt de Reims est devenue l’Unité de Consultations et de Soins Ambulatoires (UCSA), unité rattachée au CHU de Reims et plus précisément à l’Unité de Médecine Interne du Professeur Jean-Loup Pennaforte.
Cette prise en charge est fondée sur trois grands principes :
–          la continuité des soins assurée en toutes circonstances : de l’entrée en détention jusqu’à la libération, et même lors du transfèrement
–          la possibilité d’assurer la permanence des soins en ayant recours à une équipe soignante et au plateau technique du CHU
–          la possibilité d’hospitaliser la personne détenue en cas de besoin, soit au sein de chambres spécialement aménagées au sein de l’établissement, soit dans des Unités Hospitalières Sécurisées Interrégionales (UHSI, celle de Champagne-Ardenne étant située à Nancy).
L’ARS Champagne-Ardenne déclinera dans les futurs Schémas Régionaux, de l’Organisation des Soins (SROS), de l’organisation médico-sociale (pour le volet addictologie), et de prévention, les objectifs de l’organisation des soins des personnes détenues, sur les aspects sanitaires (somatiques et psychiatriques), mais aussi du point de vue des actions à développer visant la prévention et l’éducation de la santé.

Contact Presse
CHU de Reims : Aurélie Juillard – Chargée de communication
03.26.78.34.38 – 06.03.67.97.88
ajuillard@chu-reims.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Un nouveau robot chirurgical au CHU de Poitiers

Le mois dernier, le CHU de Poitiers s’est doté du nouveau robot chirurgical Da Vinci X. Une technologie qui permet à plusieurs de ses services de multiplier le nombre d’opérations mais également de développer de nouvelles perspectives pour certaines spécialités.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.