Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Novembre 2010 : Le scandale du Mediator

L'actualité du mois de novembre 2010 a été dominée par le scandale du Médiator - médicament antidiabétique des laboratoires Servier. Jusqu'à présent la colère des victimes grondait, désormais elle éclate dans tous les supports TV, radio et presse écrite. Le constat est sans appel « Le Médiator 500 morts et 3 500 hospitalisations » titre le Figaro du 16 nov qui publie les chiffres issus d'un rapport de l'Agences française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) ; estimation a minima précisent les experts.

L’actualité du mois de novembre 2010 a été dominée par le scandale du Médiator – médicament antidiabétique des laboratoires Servier. Jusqu’à présent la colère des victimes grondait, désormais elle éclate dans tous les supports TV, radio et presse écrite. Le constat est sans appel « Le Médiator 500 morts et 3 500 hospitalisations » titre le Figaro du 16 nov qui publie les chiffres issus d’un rapport de l’Agences française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) ; estimation a minima précisent les experts.

L’Afssaps indique que le Mediator serait aussi responsable de 1 750 interventions en chirurgie cardiaque. Dans son article Anne Jouan remarque que l’Agence du médicament a tardé à retirer cette molécule du marché « trente-trois ans après sa commercialisation et dix ans après le première déclaration de pharmacovigilance en France ». L’opinion publique s’interroge « Qui savait quoi ? » enquête Anne Grignon dans le Nouvel Obs du 25 nov. Un système est dénoncé : « tradition d’opacité et de mensonge dans l’industrie pharmaceutique » écrit la journaliste mais aussi lenteurs de l’Afssaps sont mises en cause. Les lobbies industriels sont pointés du doigt, de même que les liens d’intérêt des experts avec les laboratoires.

Tous les médias soulignent la détermination d’Irène Frachon, pneumologue de l’hôpital de Brest sans qui le grand public ignorerait toujours les effets toxiques pour le coeur du Médiator. Libération dresse le portrait de ce médecin dans un article d’ Eric Faverau paru dans Libération du 19 nov « Du coeur au ventre ». Le journaliste cite ses propos « Je n’ai aucune vocation à être une redresseuse de torts mais j’ai vu les conséquences de ce produit, le déni qu’on opposait aux malades. Il fallait leur donner les moyens de se défendre. Je n’avais qu’une solution : écrire un livre* ».
Ayant pris connaissance des travaux d’Irène Frachon, le député Gérard Bapt, rapporteur spécial de la Mission Santé à la Commission de Finances de l’Assemblée nationale, a dénoncé ce scandale sanitaire. Le 23 novembre, les autorités décidaient de procéder à un rappel de tous les patients ayant pris du Mediator.

Parmi les autres informations santé publiées en novembre, RESEAU CHU retient également :
– le projet collaboratif visant à développer des tests et un traitement contre la mamladie d’Alzheimer doté d’un financement de 10,4 millions d’euros. L’étude est pilotée par Pharmex associée à Biosystems international, au CHU de Bordeaux, à l’université Victor-Segalen et à l’Inserm.
Annonce faite dans l’AFP et les Echos du 18 nov.

– La question de l’évaluation de la qualité des soins qui a fait l’objet de plusieurs articles et notamment du Figaro du 10 nov où Pauline Fréour annonce qu’à compter de 2011, tous les hôpitaux devront mener une enquête de satisfaction auprès de leurs patients.

Se reporter aussi à l’article de Pierre Bienvault de la Croix a posé les questions essentielles dans un article du 5 nov : « Est-on soigné avec la même qualité partout en France ? Comment sont évalués les hôpitaux ? Jouent -ils le jeu de la transparence ? Où peut-on trouver des informations ? Faut-il publier les taux de mortalité ? » Sur ce dernier point, les experts insistent sur la nécessité de manier ce score avec précaution.

* Médiator, combien de morts ? Juin 2010 – Editions Dialogues

L’exposition Arts du soin au CHU de Besançon Tennis Masters. Retrouvez les 8 meilleurs joueurs du monde sur CANAL+ Sport à partir du 21 novembre Relay H, un réseau très hospitalier

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.