Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Octobre 2010 : Les CHU sur fond de tensions sociales

Les journées nationales d'actions ont eu des résonances particulières dans les hôpitaux. Le 7 octobre, L'Humanité annonce que « partout en France les infirmiers anesthésistes ont mené des opérations coup de poing » et publie le 12 octobre, un article sur la crise des urgences à l'AP-HP suite à la fermeture de l'unité d'hospitalisation de courte durée de Tenon durant 48h00 - qui depuis a été rouverte. La journaliste Alaixandra Chaignon rappelle les motivations des grévistes : les médecins s'inquiètent devant l'accumulation des problèmes de recrutement de médecins, de personnels soignants, d'organisation et de restructuration.

Les journées nationales d’actions ont eu des résonances particulières dans les hôpitaux. Le 7 octobre, L’Humanité annonce que « partout en France les infirmiers anesthésistes ont mené des opérations coup de poing » et publie le 12 octobre, un article sur la crise des urgences à l’AP-HP suite à la fermeture de l’unité d’hospitalisation de courte durée de Tenon durant 48h00 -qui depuis a été rouverte. La journaliste Alaixandra Chaignon rappelle les motivations des grévistes : les médecins s’inquiètent devant l’accumulation des problèmes de recrutement de médecins, de personnels soignants, d’organisation et de restructuration. Dans son édition du 9 octobre Le Parisien relaie la grève aux urgences du CHU de Reims et titre « la colère monte à Reims ». L’AFP du 14 octobre consacre une dépêche à la situation niçoise « A l’hôpital Saint-Roch, en grève depuis mardi(…) des personnels soignants se disent opposés à la perspective de devoir travailler plus longtemps du fait des conditions de travail « dégradée » à l’hôpital public »

L’affaire Médiator revient sur le devant de la scène. Ce médicament contre le diabète serait responsable de 500 à 1 000 décès ; lanceuse d’alerte : le Dr Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest. L’information a été diffusée notamment sur L’AFP du 13, le Figaro du 14 et Le Monde du 15 et 16 octobre.

La fermeture temporaire du service de chirurgie cardiaque au CHR de Metz-Thionville par décision du directeur de l’agence régionale de santé (ARS) a fait grand bruit ; l’ARS ayant constaté des taux de mortalité sensiblement plus élevés que la moyenne chez les patients opérés du coeur en 2009. L’information a notamment été reprise par L’AFP du 14 et 15 octobre, La Croix du 14 et Le Monde du 19 octobre…

A citer également, les avancées technologiques mises en avant dans l’article des Echos du 28 octobre de Catherine Ducruet « des examens plus globaux et moins irradiants ». En gynécologie, « l’IRM apporte une précision de diagnostic de 95% » rappelle Patrice Taourel, chef de service de radiologie au CHU de Montpellier. Mais sur le même sujet, L’AFP du 22 octobre dénonce le retard de la France qui avec 8,7 IRM par million d’habitants se retrouve « en queue du peloton européen entre le Portugal et la Turquie. L’intérêt d’une IRM dédiée aux urgences est démontré avec le CHRU de Lille qui a ainsi réduit significativement les délais d’attente.

A noter le 21 octobre, la double page des Echos consacrée à la « Profession : directeur d’hôpital ». Claude Barjonet dresse un profil sans concession d’un poste en pleine redéfinition. Il insiste sur le rôle déterminant des dirigeants hospitaliers « au coeur de la réforme de la gouvernance » mais pointe aussi les « énormes responsabilités qui pèsent sur leurs épaules », « la complexité inouïe » des entreprises qu’ils managent, les innombrables « règles et normes qu’ils doivent maîtriser », « les injonctions contradictoires » auxquelles ils sont soumis de la part des élus locaux, du ministère de la Santé et du directeur de l’agence régionale de santé. Le tout pour une paye de 6 000 euros en fin de carrière et une prime annuelle plafonnée à 20 000 euros… « Ils adorent leur métier mais c’est vraiment un métier de chien » reconnaît le journaliste ;
Rappel : sur les 3 500 hauts fonctionnaires appartenant au corps des directeurs 1 000 seulement dirigent un hôpital et gèrent un budget de 70 milliards d’euros au niveau national.

A retenir aussi le classement, région par région, des meilleurs établissements (hôpitaux et cliniques) dans 4 spécialités chirurgicales concernant la femme (sein, utérus, thyroïde, vessie) publié dans Top Santé N°242 et le palmarès des meilleures maternités en ligne sur Doctissimo.fr. Le site a intégré l’avis de plus de 13 000 mamans. Leurs témoignages sont visibles sur la page dédiée à chacun des établissements.

Retraite complémentaire pensez-y ! Tous les grands films Disney, tous les jours sur la chaîne DISNEY CINEMAGIC Relay H, un réseau très hospitalier

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.