Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Orientations générales du plan stratégique 2005-2009

Les orientations générales du plan stratégique 2005-2009 de l'AP-HP, adoptées par son Conseil d'Administration le 21 mars dernier, vont guider l'action de l'AP-HP pour les cinq années à venir. Grâce à une organisation plus « lisible », plus cohérente et plus performante, un nouveau paysage hospitalier va progressivement se dessiner pour mieux répondre aux nouveaux besoins de la population d'Ile de France.

Les orientations générales du plan stratégique 2005-2009 de l’AP-HP, adoptées par son Conseil d’Administration le 21 mars dernier, vont guider l’action de l’AP-HP pour les cinq années à venir. Grâce à une organisation plus « lisible », plus cohérente et plus performante, un nouveau paysage hospitalier va progressivement se dessiner pour mieux répondre aux nouveaux besoins de la population d’Ile de France.

Allongement de l’espérance de vie mais vieillissement de la population, avec une incidence accrue du cancer et des maladies dégénératives, auxquelles il faut s’adapter ; migrations intra régionales et disparités de l’offre de soins, qu’il faut corriger. Le constat d’une évolution socio-démographique, marquée par de profonds changements, a été au coeur d’une réflexion prospective qui s’est appuyée sur une analyse croisée des besoins sanitaires émergents, par territoire géographique et par type de populations : les malades âgés ; les malades atteints d’un cancer ; les personnes vulnérables ; la mère et l’enfant.

Le projet médical qui est au centre des orientations générales du plan stratégique de l’AP-HP, Centre Hospitalier Universitaire de l’Ile-de-France qui partage sa mission de soins avec de nombreux autres acteurs publics, s’attache à concilier réponse de proximité et exigence d’excellence, dans un souci de rééquilibrage global de la prise en charge.

Ce nouveau paysage hospitalier, « plus proche, plus juste, plus sûr », sera redessiné en tenant compte des enjeux spécifiques de chacun des 4 groupements hospitaliers universitaires (GHU) de l’AP-HP. Dans le Nord, où la population est plus défavorisée, la réduction des inégalités d’accès à la santé devra se traduire par le développement d’activités et de complémentarités entre établissements. Dans le Sud, où l’offre est très concentrée hors Paris, des partenariats devront être développés afin d’assurer une meilleure homogénéité de la prise en charge ; à l’Est, qui se caractérise par un faible dimensionnement de l’offre hors AP-HP, les regroupements d’activités devront être poursuivis ; dans l’Ouest, l’offre devra être à la fois renforcée et mieux répartie entre les nombreux établissements qui composent le GHU.

Pour relever le défi de mieux soigner, l’organisation devra être modernisée, notamment dans la perspective d’une meilleure fluidité de la prise en charge mais aussi en agissant sur la qualité, la sécurité et l’efficience.
Ce sera l’un des objectifs de la mise en place des pôles d’activité.

Cette modernisation, sera soutenue par un programme d’investissement ambitieux en matière d’immobilier (250 000 m2 nouveaux seront construits), d’équipements médicaux, de logistique et de système d’information de 2,6 milliards d’euros, soit un effort d’investissement de + 63 % par rapport au précédent plan.

Enfin, l’AP-HP souhaite replacer l’université et la recherche au coeur de ses missions.
Le principal enjeu du projet de plan stratégique est de refonder les relations entre l’AP-HP et l’université en renforçant les mouvements de fusion et de coopération entre les unités de formation et de recherche (UFR) des différentes universités, en médecine, odontologie et pharmacie. Il est également prévu d’accroître le potentiel universitaire de domaines prioritaires, comme les urgences, la gériatrie ou la prise en charge des personnes en situation de vulnérabilité.
Le soutien à la recherche passe par la coordination, le développement, la valorisation, le suivi des activités de recherche et par l’émergence de structures plus vastes tels les centres d’investigation biomédicaux.

En matière de formation, il s’agit d’attirer les étudiants vers l’Ecole de Paris, mais aussi vers les sites hospitaliers et les disciplines aujourd’hui moins attractives. Un rapprochement des écoles et des universités, permettra de créer des filières professionnelles dans le cadre du cursus européen licence master doctorat (LMD), de structurer la validation des acquis de l’expérience personnelle et professionnelle (VAE), et de conforter la formation continue diplômante.

L’AP-HP qui comprend 38 groupes hospitaliers ou hôpitaux assure près de 5 millions de consultations et accueille plus d’1 million de patients en hospitalisation par an. Elle emploie 91 000 personnes. Le C.H.U. de l’Ile-de-France se définit comme un hôpital de proximité pour les Parisiens et les habitants du coeur de l’Ile-de-France et comme un hôpital de référence – à vocation nationale et internationale- pour les soins, l’enseignement et la recherche.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”