Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Ouverture d’un Institut Mère-Enfant* Alix de Champagne

Le CHU de Reims a ouvert, mardi 16 avril 2002, l'Institut mère-enfant « Alix de Champagne ». Situé au c?ur du site hospitalo-universitaire, l'Institut regroupe les services de gynécologie obstétrique et de pédiatrie B et une consultation de génétique. Une symbiose fonctionnelle qui respecte le lien mère-enfant et facilite la communication entre obstétriciens, pédiatres et généticiens.

Le service de gynécologie obstétrique assure la surveillance de la grossesse et la gynécologie classique ainsi que des consultations spécialisées comme le diagnostic anténatal, le dépistage des affections du col utérin, la rééducation post-natale, la prise en charge des difficultés sexuelles ou la procréation médicalement assistée.
La maternité, classée de niveau III reçoit les grossesses en difficulté dès le 6ème mois et les bébés nécessitant des soins intensifs.

Préparation à l’accouchement : la sécurité mais aussi le confort

La future maman peut choisir entre la méthode classique, la sophrologie ou la piscine. Elle peut également se détendre avant l’accouchement dans une baignoire de relaxation installée dans l’une des salles de pré-travail.
Quant aux chambres, la plupart sont individuelles, toutes sont équipées d’un cabinet de toilette et d’un box bébé.
Des espaces de détente, de jeux, des patios et des terrasses égaient les différentes parties des bâtiments.

Nouveauté
Dans les 4 nouvelles chambres kangourou, l’enfant peut bénéficier des soins et sa maman pourra continuer à se reposer car le personnel peut entrer directement dans le box du bébé sans passer par la chambre principale.
Une équipe de sages-femmes anime la préparation à la naissance.

1 409 naissances en 1999
2 300 échographies en 2000

L’équipe de gynécologie obstétrique se compose de médecins spécialisés en obstétrique, de pédiatres, de cadres sages-femmes, et de sages-femmes, de puéricultrices, d’anesthésistes, de psychologue, d’auxiliaire de puériculture et d’assistante sociale.

Le service de pédiatrie de l’Institut regroupe l’unité de réanimation néonatale et pédiatrique, la néonatalogie et la cardiologie pédiatrique.

La réanimation néonatale traite les grands prématurés, les prématurés, les maladies graves du nouveau-né et prend en charge médicalement et chirurgicalement les malformations.
En 2000, le service de réanimation est intervenu 600 fois en salle de travail.
Un pédiatre réanimateur est présent en permanence dans l’Institut.

Des consultations pédiatriques spécialisées sont dispensées : cardiologie pédiatrique, neurologie néonatale, pneumologie, maladies du métabolisme et maladies infectieuses et dans le suivi de la prématurité.

Favoriser la présence de la famille

Des salons sont mis à disposition pour réunir la famille autour de l’enfant ou pour l’allaitement. Les mamans peuvent en plus bénéficier de l’enseignement des pratiques de soins des bébés.
2 chambres en réanimation peuvent accueillir les parents
2 chambres en néonatalogie permettent à la maman de rester auprès de son enfant

Prévention

Axé sur la prévention, le service effectue systématiquement le dépistage de la surdité chez tous les nouveau-nés et le dépistage de la rétinopathie chez le prématuré. Des équipements de très haute performance permettent aussi la surveillance et l’exploration cérébrale, cardiaque, abdominale.
L’équipe de pédiatrie comprend des médecins pédiatres, neurologues, pneumologues et cardiologues, spécialisés en néonatalogie et en réanimation infantile, des cadres infirmiers, des infirmières anesthésistes, des infirmières, un psychologue, une diététicienne, des kinésithérapeutes, des puéricultrices, une assistante sociale, des auxiliaires de puériculture et une psychomotricienne.
Capacité du service : 44 lits, 18 de réanimation en néonatalogie, 6 de réanimation pédiatrique, 11 lits de soins intensifs en néonatalogie, 3 en cardio-pédiatrie et 6 en néonatalogie.

La consultation de génétique

Une équipe de médecins spécialisés en génétique médicale et un psychologue accueille les adultes et enfants souffrant de maladies génétiques (notamment l’oncogénétique) et chromosomiques, la dysmorphologie. L’équipe effectue diagnostic de ces maladies et notamment le diagnostic prénatal. La prise en charge multidisciplinaire associe pédiatres, généticiens, biologistes et obstétriciens.
Située au rez-de-chaussée de l’Institut, la consultation de génétique est également un lieu d’information des patients sur les maladies génétiques, leur évolution, la prévention et les risques familiaux.

* L’Institut Mère-Enfant Alix de Champagne en chiffres

– Durée des travaux deux ans et demi
– Surface 11 000m²
– Coût : 16,77 millions d’?, 16 millions financés sur les fonds propres du CHU et 770 000 euros financés par le Comité américain.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Un nouveau robot chirurgical au CHU de Poitiers

Le mois dernier, le CHU de Poitiers s’est doté du nouveau robot chirurgical Da Vinci X. Une technologie qui permet à plusieurs de ses services de multiplier le nombre d’opérations mais également de développer de nouvelles perspectives pour certaines spécialités.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.