Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Ouverture d’une école de chirurgie high tech

Depuis le 1er décembre 2008, l'école de chirurgie du CHU de Poitiers accueille une quarantaine d'internes en chirurgie. L'enseignement dispensé alterne cours magistraux et ateliers avec mise en situation d'interventions en bloc opératoire virtuel à l'aide d'appareils de simulation chirurgicale assistée par ordinateur. L'entraînement se déroule sous l'oeil expert de chirurgiens seniors. Quant à l'apport théorique, il est dispensé dans le cadre de formations évaluées portant sur les bases de la chirurgie et de ses techniques avancées. Aujourd'hui Poitiers s'enorgueillit d'être une des premières villes universitaires où les élèves chirurgiens ont accès aux toutes dernières innovations technologiques. Cette formation de pointe est un gage d'expertise et de qualité pour les patients qui seront opérés par des spécialistes rompus aux équipements les plus sophistiqués.

Depuis le 1er décembre 2008, l’école de chirurgie du CHU de Poitiers accueille une quarantaine d’internes en chirurgie. L’enseignement dispensé alterne cours magistraux et ateliers avec mise en situation d’interventions en bloc opératoire virtuel à l’aide d’appareils de simulation chirurgicale assistée par ordinateur. L’entraînement se déroule sous l’oeil expert de chirurgiens seniors. Quant à l’apport théorique, il est dispensé dans le cadre de formations évaluées portant sur les bases de la chirurgie et de ses techniques avancées. Aujourd’hui Poitiers s’enorgueillit d’être une des premières villes universitaires où les élèves chirurgiens ont accès aux toutes dernières innovations technologiques. Cette formation de pointe est un gage d’expertise et de qualité pour les patients qui seront opérés par des spécialistes rompus aux équipements les plus sophistiqués.

L’école de chirurgie s’intègre dans une plate-forme où l’on retrouve trois entités complémentaires : le laboratoire d’anatomie situé à la Faculté de médecine et de pharmacie (Pr Jean-Pierre Richer), le laboratoire de chirurgie expérimentale de Surgères (Pr Thierry Hauet) et l’école de chirurgie (Pr Jean-Louis Kraimps, Dr Jérôme Cau et Pr Jean-Pierre Richer). Les équipements ont été financés par les laboratoires pharmaceutiques.

Trois parrains veillent à l’essor de l’école : le CHU de Poitiers qui met à disposition des locaux et apporte son soutien logistique, et la Faculté de médecine et de pharmacie de Poitiers qui encadre les enseignants : chirurgiens universitaires et chirurgiens praticiens hospitaliers. L’université valide le diplôme d’université consacrant l’enseignement pratique et pour la rentrée 2009 celui des techniques chirurgicales.

L’école et ses projets
Les 40 premiers inscrits sont des internes de chirurgie, c’est-à-dire les médecins spécialisés, en cours de formation initiale de chirurgie. Dans quelque temps les étudiants en médecine pourront aussi se former aux actes médicaux techniques.
L’école de chirurgie proposera également un enseignement aux praticiens des spécialités à « acte technique », comme l’anesthésie, la réanimation ou encore les urgences. Bientôt, des ateliers de chirurgie seront ouverts aux chirurgiens d’autres établissements de la région Grand Ouest. Les différents intervenants du bloc : aides-soignants, infirmières de bloc, cadres de santé de bloc pourront aussi y suivre un enseignement adapté.
A moyen terme, l’école dispensera des formations chirurgicales continues et s’ouvrira aux praticiens en activité désirant s’initier aux techniques nouvelles..

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”