Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pas de repos pour le progrès médical sur le sommeil

C'est une première en France. Habituellement, les enregistrements du sommeil des patients souffrant de pathologies neurologiques se font en milieu hospitalier. Aujourd'hui, grâce à l'association Hospitalisation à Domicile de l'Agglomération Nancéienne (Hadan) et à l'équipe du Pr Hervé Vespignani chef du service Neurologie du CHU de Nancy, il est désormais possible de prendre en charge certains patients à domicile. Soutenu par la MUCIM Stanislas et accompagné du Pr Jean-Marc Boivin et du chercheur en neurosciences Laurent Koesler, le Pr Vespignani a travaillé plusieurs années sur ce dispositif portable pour arriver à une telle innovation : « En France, il n'est pas possible d'enregistrer le sommeil à domicile, nous avons prouvé le contraire. » 48 patients ont déjà pu bénéficier d'une prise en charge à leur domicile.

C’est une première en France. Habituellement, les enregistrements du sommeil des patients souffrant de pathologies neurologiques se font en milieu hospitalier. Aujourd’hui, grâce à l’association Hospitalisation à Domicile de l’Agglomération Nancéienne (Hadan) et à l’équipe du Pr Hervé Vespignani chef du service Neurologie du CHU de Nancy, il est désormais possible de prendre en charge certains patients à domicile.
Soutenu par la MUCIM Stanislas et accompagné du Pr Jean-Marc Boivin et du chercheur en neurosciences Laurent Koesler, le Pr Vespignani a travaillé plusieurs années sur ce dispositif portable pour arriver à une telle innovation : « En France, il n’est pas possible d’enregistrer le sommeil à domicile, nous avons prouvé le contraire. » 48 patients ont déjà pu bénéficier d’une prise en charge à leur domicile.

Le fonctionnement est simple. Des infirmiers libéraux équipent les patients d’électrodes qui enregistrent tout pendant le sommeil : sommeil profond, sommeil paradoxal, rythme cardiaque, activité des yeux. Les capteurs sont reliés à un module et à une carte mémoire. L’infirmier fournit alors les données nécessaires à l’examen via Internet. Les médecins n’ont plus qu’à interpréter les résultats et le diagnostic final est posé par l’hôpital.

Les atouts sont nombreux : les tracés obtenus sont excellents, la qualité est même meilleure puisque le patient est testé dans son élément, dans son propre lit. Le patient bénéficie d’un confort supplémentaire qui lui permet de subir un examen dans des conditions naturelles puisque son cadre de vie quotidien est inchangé. A noter également : le protocole à domicile coûte 50% moins cher qu’à l’hôpital. En milieu hospitalier, le coût d’un enregistrement s’élève à 575 euros. A domicile, la facture tombe à 330 euros.

Autre avantage, avec la prise en charge à domicile, les délais d’attente sont réduits, tandis que pour un examen à l’hôpital il faut compter plus de quatre mois.

Innovation, confort et qualité sont réunis pour enregistrer dans des conditions optimales tous les paramètres nécessaires à l’étude du sommeil.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

HCL : une série vidéo destinée aux patients du cancer digestif 

Le mois dernier, les Hospices Civils de Lyon ont publié une série vidéo destinée aux patients atteints d’un cancer digestif, afin d’expliquer en toute transparence le parcours de soins mis en place à l’hôpital Lyon Sud. Une initiative qui se veut rassurante pour les personnes atteintes.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.