Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Poitiers certifié pour ses bonnes pratiques en management de l’énergie

1er CHU de métropole certifié ISO 50001 pour l’amélioration continue de sa performance énergétique, le CHU de Poitiers voit ainsi reconnu son engagement en faveur d’une consommation maîtrisée de l’eau, du gaz, de l’électricité et du fioul et du développement des énergies renouvelables. Démarche écologique et économique, son management de l’énergie vise à rationaliser la consommation énergétique pour faire baisser la note de 5 à 22 %.

1er CHU de métropole certifié ISO 50001 pour l’amélioration continue de sa performance énergétique, le CHU de Poitiers voit ainsi reconnu son engagement en faveur d’une consommation maîtrisée de l’eau, du gaz, de l’électricité et du fioul et du développement des énergies renouvelables. Démarche écologique et économique, son management de l’énergie vise à rationaliser la consommation énergétique pour faire baisser la note de 5 à 22 %.
« Le CHU de Poitiers travaille sur la question de l’énergie depuis longtemps, comme en témoigne le système de cogénération mis en place en 1996, explique Dimitri Néel, ingénieur à la direction des constructions et du patrimoine du CHU. Avec cette certification, nous allons plus loin, puisque nous analysons désormais le potentiel d’amélioration de tous les sites et bâtiments du CHU et lançons des plans d’action. Cela implique également un changement de culture. Tous les corps de métier – plombiers, électriciens, techniciens de chauffage… – doivent être impliqués dans la démarche et signaler les problèmes et incidents qu’ils constatent. » Ainsi, le CHU ne consacre que 1,5 % de son chiffre d’affaires aux dépenses en énergie.
Les nouvelles constructions entrent parfaitement dans cette démarche. Le composite ciment verre est par exemple plus performant que ce que la réglementation l’exige et le bâtiment des directions utilisera la géothermie.
Pour financer cette certification, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et le fonds régional d’excellence environnementale aident le CHU à auteur de 70%. « Cette année, l’Ademe accompagner le CHU sur une étude concernant le solaire-thermique et le photovoltaïque sur les bâtiments et les sites de Poitiers, Lusignan et Montmorillon », indique Dimitri Néel. 
L’énergie nécessaire pour les établissements de santé représente 12 % du parc tertiaire en France.
D’après un article publié dans la newsletter du 15 avril 2016 du CHU de Poitiers

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.