Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Protocole de recherche sur l’embryon

Le CHRU de Montpellier est le premier Centre Hospitalier autorisé à dériver des cellules souches embryonnaires humaines. Cette autorisation a été accordée le 13 juillet 2006 par l'Agence de Biomédecine. La présence sur le même site de l'Unité d'AMP/DPI et de l'Institut de Recherche en Biothérapie font de Montpellier un des tout premiers centre d'expertise dans ce domaine.

Le CHRU de Montpellier est le premier Centre Hospitalier autorisé à mettre en oeuvre un protocole de recherche sur l’embryon ayant pour finalité la dérivation de nouvelles lignées de cellules souches embryonnaires humaines. Cette autorisation a été accordée le 13 juillet 2006 par l’Agence de Biomédecine. La présence sur le même site de l’Unité d’AMP/DPI et de l’Institut de Recherche en Biothérapie font de Montpellier un des tout premiers centre d’expertise dans ce domaine.

Ces recherches seront effectuées sur des embryons conçus in vitro lors d’une FIV dans l’Unité d’Assistance Médicale à la Procréation et du diagnostique génétique préimplantatoire (AMP/DPI) du CHU de Montpellier.

Il s’agit d’embryons âgés d’une semaine et voués à la destruction parce qu’ils sont soit en surnombre dont la qualité n’est pas compatible avec une congélation. La réalisation de cette recherche aura lieu à l’Institut de Recherche en Biothérapie (Pr B Klein) sous la direction du Dr J de Vos et du Pr S. Hamamah dont les buts : améliorer les connaissances fondamentales de ces cellules avant d’envisager de développer des modèles de traitement de maladies humaines, et élaborer des modèles d’étude de certaines maladies génétiques.

La médecine régénératrice consiste à utiliser des cellules saines comme médicament pour régénérer un organe dont les cellules ont été détruites, dans des pathologies aussi sévères que fréquentes telles que l’infarctus du myocarde ou les maladies neuro-dégénératives. Dans ce cadre, les cellules souches embryonnaires se présentent comme un grand espoir comme source de cellules pour réparer des organes endommagés.

Le CHRU de Montpellier est le premier Centre Hospitalier autorisé à dériver des cellules souches embryonnaires humaines. La présence sur le même site de l’Unité d’AMP/DPI et de l’Institut de Recherche en Biothérapie font de Montpellier un des tout premiers centre d’expertise dans ce domaine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.