Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Rester aux côtés de la personne hospitalisée, un plus pour les proches

"Pouvoir rester au chevet d'une personne hospitalisée" est une demande frequemment exprimée par les proches confrontés aux situations difficilement gérables à distance. Pour répondre à cette attente, le CHU de Nancy, associé à d'autres organismes, propose différentes solutions d'hébergement.

« Pouvoir rester au chevet d’une personne hospitalisée » est une demande frequemment exprimée par les proches confrontés aux situations difficilement gérables à distance. Pour répondre à cette attente, le CHU de Nancy, associé à d’autres organismes, propose différentes solutions d’hébergement.

Cette offre participe à une prise en charge hospitalière de qualité : qu’elle soit planifiée ou en urgence, elle permet au patient de garder le contact avec l’extérieur et aux proches vivant loin de l’hôpital de régler sans stress supplémentaire la question des nuitées.

Les parents d’enfants hospitalisés peuvent choisir entre 3 types d’hébergement
-les chambres mère/enfant intégrées aux services de soins de l’hôpital d’enfants du CHU
-l’Hôtel des Parents
-et la Maison des Parents gérée par l’association AREMIG, situés sur le site des hôpitaux de Brabois.

Ces structures sont également des lieux de rencontre et d’échanges : entre familles d’abord, puis avec les personnels soignants et avec les membres des associations. « C’est une autre forme d’écoute, de soutien et d’entraide généralement très appréciée », fait remarquer Françoise Laperdrix de l’AREMIG.

La Maison des Parents va d’ailleurs se doter de 7 chambres supplémentaires grâce aux dons de nombreux acteurs locaux. Un « élan associatif précurseur » salué par André Rossinot, président du Conseil d’Administration du CHU de Nancy, et qui doit « encourager l’évolution du regard des équipes hospitalières sur les patients et leurs familles ».

Il est important de « s’y sentir comme à la maison » souligne Danielle François, cadre de santé de l’Unité de Soins Palliatifs du CHU. Ici, a été aménagé un appartement réservé aux proches de patients avec le souci d’un espace convivial situé à l’extrémité de l’unité. « Cet appartement même modeste permet d’échapper à la solitude d’une chambre d’hôtel dans des moments où la chaleur humaine est essentielle. Ici, l’équipe de soins est présente 24h/24 : le dialogue est toujours possible. » Une proximité essentielle dans l’accompagnement des personnes en souffrance qu’elle soit physique, morale, passagère ou définitive.

Ces hébergements in situ dédiés aux proches symboles de l’ouverture de l’hôpital sur l’extérieur, sont parfois aussi à l’origine de moments d’exception pour tous : « Comme l’effervescence de cette famille, le jour du mariage de l’un de ses membres. L’émotion a été partagée par les personnels, les patients et les proches … » raconte avec pudeur Danielle François.

Toutes les infos pratiques sur les offres d’hébergement pour les proches de patient hospitalisé au CHU de Nancy dans la rubrique «Patients > Visites » du www.chu-nancy.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.