Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Saint-Etienne, 7e au palmarès « Figaro » des meilleurs CHU en chirurgie ambulatoire

En bonne place du 1er classement national des hôpitaux et cliniques en chirurgie ambulatoire, publié par Le Figaro, le CHU de Saint-Etienne est aussi 2e de ce palmarès pour les établissements publics de la région Auvergne-Rhône-Alpes.
En bonne place du 1er classement national des hôpitaux et cliniques en chirurgie ambulatoire, publié par Le Figaro, le CHU de Saint-Etienne est aussi 2e de ce palmarès pour les établissements publics de la région Auvergne-Rhône-Alpes. 
Aujourd’hui, près de 40% des interventions chirurgicales pratiquées au CHU de Saint-Etienne le sont en ambulatoire contre 19% en 2010. Une vraie performance pour l’unité dédiée, créée en 2008 au CHU et dont la capacité en lits a été doublée en 2015. 
Une priorité pour les pouvoirs publics
"Le développement de la chirurgie ambulatoire est devenu une priorité des pouvoirs publics, soucieux d’économies sur les dépenses de santé", rappelle Le Figaro.
Le quotidien a établi, dans ce contexte, le classement de 920 établissements de santé en chirurgie ambulatoire, fondé sur un indicateur construit par deux institutions de référence :  l’Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé (ANAP) et l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation (ATIH).
La performance des établissements a été évaluée sur l’année 2015 dans trois domaines : la diversité des actes chirurgicaux pratiqués en ambulatoire, la capacité d’innovation de l’établissement, dont les équipes parviennent à " convertir " en ambulatoire des interventions parfois lourdes, et le nombre d’actes réalisés durant année
Les CHU s’inscrivent dans la dynamique
Cependant, dans les CHU, le développement de l’ambulatoire se heurte naturellement aux activités très particulières exercées par ces établissements de référence : l’hyper-spécialisation des actes les plus complexes, la gravité de nombreux patients accueillis, le rôle de recours assuré pour les patients de tous les autres établissements publics et privés, ne donne généralement pas autant de possibilités d’ambulatoire que dans les autres établissements.
En effet, la chirurgie ambulatoire ne s’applique pas à la totalité des gestes chirurgicaux et ne peut être proposée à tous les malades. Or ce sont les patients exigeant les traitements les plus lourds et les plus complexes qui sont généralement adressés aux CHU.
Mais ce constat n’a pas empêché les équipes concernées par la chirurgie ambulatoire (chirurgiens, anesthésistes, soignants et autres professionnels) de développer ces activités au sein des CHU  et de mettre en œuvre cette organisation innovante où le patient est acteur de sa prise en charge.
Sur le même sujet
Chirurgie ambulatoire : nouveau palmarès du Figaro 29/12/2016

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.