Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Sciences et Avenir : Dijon-Bourgogne à l’honneur dans le guide des centres de pointe

Longtemps négligée dans les classements, la recherche est désormais un critère retenu. Dans son répertoires des 1 149 des pôles d’excellence dans 30 pathologies, Sciences et Avenir d'avril 2015, N°818 a sélectionné les meilleurs services dans 1 000 établissements publics, 700 privés à but non lucratifs et 1 050 cliniques. Pour établir cet inventaire, le magazine s'appuie sur les expertises humaines et techniques identifiées sur le territoire métropolitain. Le CHU Dijon-Bourgogne se félicite d'y figurer dans 11 spécialités.

Longtemps négligée dans les classements, la recherche est désormais un critère retenu. Dans son répertoires des 1 149  des pôles d’excellence dans 30 pathologies, Sciences et Avenir d’avril 2015, N°818 a sélectionné les meilleurs services dans 1 000 établissements publics, 700 privés à but non lucratifs et 1 050 cliniques. Pour établir cet inventaire, le magazine s’appuie sur les expertises humaines et techniques repérées sur le territoire métropolitain. Le CHU Dijon-Bourgogne se félicite d’y figurer dans 11 spécialités.
Les  11 spécialités phares du CHU Dijon-Bourgogne
– La cancérologie : pour la peau & les hémopathies malignes (myélome multiple)
– La cardiologie : pour la sténose de la carotide
– La neurologie : pour l’AVC & pour la sclérose en plaques
– L’ophtalmologie : pour la cataracte, le glaucome & les maladies de la rétine
– La rhumatologie : pour la spondylarthrite ankylosante
– La gynécologie-obstétrique : pour le fibrome utérin
– La neurochirurgie : pour la fracture des vertèbres
"La présence des équipes du CHU au sein de ce guide est un nouveau signe de reconnaissance de la qualité du travail mené par l’ensemble des personnels" commente le CHU Dijon Bourgogne dans son communiqué
L’originalité du guide des centres de pointe
Pas un palmarès, plutôt un panorama des expertises humaines et techniques présentes sur le territoire métropolitain. La méthodologie originale de Sciences et Avenir est fondée sur le volume et la pertinence clinique des articles récemment publiés dans des revues biomédicales nationales et internationales d’excellent niveau. Cet indicateur composite a été élaboré à partir de deux bases de données : PubMed, 24 millions d’articles issus de plus de 5 000 revues et Embase 28 millions de références et 8 400 périodiques. "Ces bases ont été croisées et complétées avec d’autres sources documentaires, pertinentes et fiables" précise Marc Gozlan, responsable de la rublique médicale. Les résultats attestent de l’expérience acquise par les équipes, des innovations auxquelles elles participent, voire de leur contribution aux recommandations de bonne pratique clinique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.