Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Skippers du Vendée Globe : un régime sous haute surveillance

12 skippers du Vendée Globe 2012-2013 sont inclus dans une étude portant sur les liens entre nutrition, santé et performance en course au large en solitaire. Objectif : apprendre à pallier les éventuelles carences qualitatives et /ou quantitatives lors des prochaines courses. Pendant 3 mois ces sportifs soumis à de contraintes physiques et psychologiques extrêmes ...

12 skippers du Vendée Globe 2012-2013 sont inclus dans une étude portant sur les liens entre nutrition, santé et performance en course au large en solitaire. Objectif : apprendre à pallier les éventuelles carences qualitatives et /ou quantitatives lors des prochaines courses. Pendant 3 mois ces sportifs soumis à de contraintes physiques et psychologiques extrêmes – 22 heures par jour d’activité et 3-4 heures de sommeil par périodes de 20 à 40 minutes- puisent dans les réserves de leur organisme et dans les apports énergétiques d’une alimentation qui a pour particularité de ne plus contenir de produits frais au bout de 21 jours.
Bien qu’ils sollicitent leur corps jusqu’aux limites de la résistance, la forme physique des skippers n’a pas fait l’objet de beaucoup d’études ; les recherche se sont concentrées sur les technologies et très peu abordé les performances de l’organisme. L’étude conduite par le Docteur Laure Jacolot, Médecin de la Fédération Française de Voile  et le Professeur Jacques Delarue, Chef du Département de Nutrition du CHRU de Brest vient remédier à cette lacune.
Les scientifiques examinent les préparations alimentaires et les répercussions anthropométriques et physiologiques de la traversée. Ils évaluent l’impact de l’épreuve sur la morphologie des skippers en procédant à un certain nombre de mesures avant le départ et après l’arrivée : perte de poids et de masse grasse, bilan biologique avec marqueurs de dénutrition. Les carences seront repérées en confrontant les bilans sanguins à l’analyse des vivres embarquées pour les trois mois.
Ces données fourniront de précieuses informations pour mieux adapter la ration alimentaire aux zones de navigation (thermogénèse, sudation), aux rythmes physiques (manœuvre, maintien de posture, gestion du temps de veille) et aux caractéristiques des vivres embarquées à bord.
Vendée Globe : un défi technologique… et physique !
Course en solitaire (organisée tous les quatre ans) autour du monde sur des voiliers de 18 mètres, le Vendée Globe est l’une des rares épreuves durant laquelle des sportifs se retrouvent, pour de longues périodes, en situation d’isolement volontaire dans un environnement hostile. Les navigateurs sont soumis, pendant ce type de course, à des contraintes extrêmes ; dès lors il leur est primordial de disposer d’une préparation adaptée, notamment dans la gestion de l’effort physique et au niveau de leurs apports énergétiques.
Les conditions climatiques rencontrées sont responsables de fortes sollicitations pour l’organisme des marins. L’ensemble des agressions environnementales (vent, froid, humidité, environnement salin, exposition au soleil) mais aussi l’espace même du bateau sont responsables de nombreuses blessures ou maladies.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.