Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Soins palliatifs : le souci du bien-être du patient et de ses proches

Le service de Soins palliatifs du CHU de Saint-Etienne propose différents soins de support et de confort en complément des traitements médicamenteux : diététique, relaxation/sophrologie, balnéothérapie, ostéopathie (en partenariat avec l’école d’ostéopathie de Saint-Etienne) et … sonothérapie. Entre musicothérapie et relaxologie, la sonothérapie vise une relaxation profonde en utilisant une gamme d’accords.
Le service de Soins palliatifs du CHU de Saint-Etienne propose différents soins de support et de confort en complément des traitements médicamenteux : diététique, relaxation/sophrologie, balnéothérapie, ostéopathie (en partenariat avec l’école d’ostéopathie de Saint-Etienne) et … sonothérapie.  Entre musicothérapie et relaxologie, la sonothérapie vise une relaxation profonde en utilisant une gamme d’accords. 
Catherine Lefebvre, sonothérapeute intervient depuis 2011 auprès des patients en séance individuelle. Elle transmet aux patients des sensations agréables tant pour le corps que pour l’esprit, à travers des instruments aux sonorités douces, comme le carillon, le tambour de la mer (qui imite le son du ressac), le bâton de pluie, les bols chantants… Le ressenti du son peut induire un apaisement, une détente, une paix intérieure, un moment de calme et de sérénité. 
Les proches sont associés
Devant la curiosité et le questionnement des proches, l’équipe a instauré des séances à leur attention comprenant un temps de découverte pour une meilleure compréhension de la de cette technique du « Toucher par les Sons ». 
Le projet, validé par l’équipe médicale et paramédicale, est déployé depuis l’automne 2014. Les séances « entourage proche » ont lieu sur proposition de l’art-thérapeute après avis de l’équipe paramédicale. Elles se déroulent dans un lieu dédié et au « calme » pour favoriser la détente. 
L’enquête de satisfaction menée auprès de l’entourage montre des retours très positifs et conforte l’intérêt de cet accompagnement. Les participants expriment une diminution de divers symptômes liés au stress, comme la sensation de peur, l’estomac noué, l’anxiété, les tensions et l’énervement. L’humeur s’améliore également. 
L’initiative apaisante de Saint-Etienne revêt une résonance particulière dans le contexte actuel très polémique autour de la fin de vie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.