Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Solidarité avec le Liban : les Hôpitaux Universitaires de Marseille (AP-HM) répondent présents

Le 4 août dernier, une double explosion sur le port de Beyrouth créait des dégâts humains et matériels considérables. Face à ce drame, les Hôpitaux Universitaires de Marseille (AP-HM) ont souhaité venir en aide aux Beyrouthins.

Le 4 août dernier, une double explosion sur le port de Beyrouth créait des dégâts humains et matériels considérables. Face à ce drame, les Hôpitaux Universitaires de Marseille (AP-HM) ont souhaité venir en aide aux Beyrouthins.
Le 25 août 2020, ce sont 2.5 tonnes de dons qui ont pris la mer à destination du Port de Beyrouth sur le navire du Groupe CMA CGM dans le cadre de l’opération humanitaire « Un bateau pour le Liban » portée par la Fondation CMA CGM en partenariat avec le Centre de crise et de soutien du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.
L’Ordre de Malte réceptionnera : 9 palettes de médicaments et de dispositifs médicaux, 9 palettes de matériel médical. Ces dons n’auraient pas pu être constitués sans l’enveloppe financière octroyée par l’Agence Régionale de Santé Provence-Alpes-Côte d’Azur et une mobilisation sans faille des équipes de l’AP-HM pour assurer la logistique de cette opération, l’approvisionnement et la négociation auprès des fournisseurs, dans un délai contraint, en plein cœur de l’été. La Région Provence-Alpes-Côte d’Azur s’est associée à cette opération et a inclus à l’envoi de l’AP-HM 30 000 masques chirurgicaux et 5 000 masques FFP2.
L’AP-HM fait également parvenir à Beyrouth deux ambulances type SMUR à l’Hôpital Libanais Geitaoui – centre hospitalier universitaire et une ambulance type SMUR à Saint Georges Hospital – University Medical Center.
L’opération humanitaire portée par la Fondation CMA CGM, « Un bateau pour le Liban » permettra non seulement d’acheminer les dons de l’AP-HM, mais également du matériel d’urgence et des biens et produits de première nécessité fournis par des ONG, des entreprises françaises, et des institutions comme le Ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères, de la Région SUD Provence-Alpes-Côte d’Azur, du Département des Bouches du Rhône, de la Ville de Marseille et du Bataillon des Marins-Pompiers de Marseille.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.