Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« Thèse et antithèse » ou comment peut-on être chercheur?

En ces temps de doute et d’inquiétude, où les citoyens attendent que les scientifiques sortent de leurs tours d’ivoire et déposent les armes dans leurs guerres d’égo, « THÈSE ET ANTITHÈSE » livre une réflexion décapante et néanmoins humoristique sur le divorce entre la société et la science. Les 22 et 29 novembre 2020 au Laurette Théâtre à Paris.

En ces temps de doute et d’inquiétude, où les citoyens attendent que les scientifiques sortent de leurs tours d’ivoire et déposent les armes dans leurs guerres d’égo, « THÈSE ET ANTITHÈSE » livre une réflexion décapante et néanmoins humoristique sur le divorce entre la société et la science. les 22 et 29 novembre 2020 au Laurette Théâtre à Paris.
Cette pièce en 7 actes est directement inspirée du vécu de l’auteure, Marie-Georges Fayn qui a la particularité d’avoir débuté une thèse alors qu’elle avait largement franchi le seuil de la cinquantaine. D’où un vibrant plaidoyer pour ouvrir la recherche aux quinquas… Elle fait ses premiers pas au théâtre en tant qu’auteure-productrice de la pièce « THESE ET ANTITHESE » où elle livre un regard à la fois fasciné, amusé, effaré sur le monde des cerveaux en ébullition.

Deux visions de la recherche

Deux visions de la recherche s’affrontent dans cette fresque scientifiquement et sociologiquement jubilatoire ! La scène est tour à tour occupée par des inventeurs à succès et des thésards rêveurs qui se passionnent pour la quête perpétuelle de vérité, fondée sur le doute et… l’humilité. Enthousiastes, ils portent en eux le secret espoir de changer le monde et de voir leur génie enfin reconnu ! S’invitent aussi des consommateurs déboussolés, devenus les jouets d’une science toute puissante, à la merci de sombres spéculations.
 
«C’est drôle et cela pose toutes les questions».
Cédric Villani, Mathématicien, lauréat de la médaille Fields (2010), Député de la 5ème circonscription de l’Essonne (91)

« Inventeurs mal compris, thésards rêveurs, directeurs de thèses paranoïaques, utilisateurs de la technologie dépassés par les événements… 
Avec un humour parfois acide, Marie- Georges Fayn nous décrit un monde où la recherche académique, en principe au service de l’humain, devient une marchandise comme une autre, obéissant aux lois du marché, s’éloignant inexorablement de sa noble mission et causant des dégâts collatéraux».
Rachid Yazami, électro-chimiste, inventeur de l’anode graphite des batteries lithium-ion, lauréat du prix Draper (2014)

A qui s’adresse ce spectacle?

A celles et ceux qui suivent l’actualité et constatent qu’il est prudent / urgent de ne pas laisser la science aux seuls scientifiques ou au marché,
Aux lycéen-nes attiré-es par les carrières scientifiques, étudiant-es, doctorant-es, post doctorant-es, à leurs proches, aux enseignants et aux doyens,
A toutes les personnes subjuguées par la course sans fin du progrès et aux sceptiques qui finalement n’ont pas tout à fait tort !

Pour en savoir plus : THESE ET ANTITHESE

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”