Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Troubles du rythme cardiaque traités par cryoablation

Parmi les techniques les plus performantes et innovantes adoptées par le CHRU de Brest pour traiter les troubles du rythme cardiaque : la cryoablation. Cette alternative chirurgicale donne de meilleurs résultats que les traitements médicamenteux dans 70% à 80%.

Parmi les techniques les plus performantes et innovantes adoptées par le CHRU de Brest pour traiter les troubles du rythme cardiaque : la cryoablation. Cette alternative chirurgicale donne de meilleurs résultats que les traitements médicamenteux dans 70% à 80%.
Utilisés pour prévenir l’embolie cérébrale et pour maintenir un rythme régulier, les médicaments n’ont pas toujours l’efficacité attendue lors des crises et présentent parfois des effets secondaires néfastes. C’est pourquoi le recours à un traitement chirurgical est parfois nécessaire. L’ablation est réalisée au niveau des veines pulmonaires. Elle consiste à les isoler de l’oreillette gauche pour éviter les contractions anarchiques et anormales du cœur, causes de la fibrillation atriale. L’ablation peut être réalisée soit par une source de chaleur jusqu’à 40° (la radiofréquence) qui cautérise le pourtour des veines soit par une source de froid jusqu’à -50° – la cryoablation- qui va les « congeler ». Le CHRU de Brest qui pratique la cryoablation depuis un an a observé peu de complications.

Facteur de réussie, l’expertise des équipes en matière en radiofréquence couplée à la cartographie tridimensionnelle de l’oreillette gauche. Cette imagerie high tech leur permet de suivre la position des sondes sans recours à la radiologie (et donc sans irradiation).

L’intervention se déroule sous anesthésie locale et dure entre 2 et 5 heures selon la technique et la difficulté liée à l’anatomie de l’oreillette gauche. De nouvelles procédures sont à l’étude pour notamment raccourcir cette durée. Une hospitalisation de 3 à 4 jours est nécessaire.
 
 
En savoir plus sur la  fibrillation atriale (tachycardie)

Trouble fréquent cette affection touche 1 à 2 % de la population et jusqu’à 10 % des personnes de plus de 80 ans. Plus de 6 millions d’européens souffrent de ce trouble du rythme cardiaque et leur nombre devrait au moins doubler dans les 50 prochaines années. La tachycardie altère la qualité de vie et peut présenter un risque d’insuffisance cardiaque et d’accident vasculaire cérébral avec des séquelles neurologiques. Elle peut être prévenue ou retardée en traitant en particulier l’hypertension artérielle, le syndrome d’apnée du sommeil et toutes les atteintes cardiaques qui peuvent la favoriser

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.