Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un appareil de tomographie à cohérence optique (OCT)

Un appareil de tomographie à cohérence optique (OCT) a été mis en service le 6 septembre 2005 au centre hospitalier universitaire de Limoges.

Mis en service le 6 septembre 2005 au centre hospitalier universitaire de Limoges, l’appareil de tomographie à cohérence optique (OCT) apporte un net progrès dans les 3 champs d’intervention que sont l’exploration des maladies de la rétine, le diagnostic et le traitement du mélanome choroïdien, le diagnostic et le suivi du traitement du glaucome chronique.

Le tomographe OCT est fondé sur le principe de la cohérence optique et permet de délivrer des images de la rétine de la papille, in vivo, avec une précision encore inégalée et avec une résolution axiale de 10 mm.

Le médecin ophtalmologiste, grâce à cet appareil, peut mesurer les couches internes rétiniennes selon une méthode quantitative non invasive. En effet, les mesures s’effectuent de façon très simple, sans aucun contact avec l’oeil du patient et sans aucune anesthésie. On peut ainsi le comparer à un échographe de très haute précision.

Cet appareil est très utile dans l’exploration des maladies de la rétine et en particulier de la macula. Il permet de préciser la nature d’un trou ou d’un faux trou maculaire avant une intervention. Il permet aussi de mesurer l’épaisseur de la macula et d’étudier la diminution d’un oedème maculaire après un traitement par injection, pour un oedème maculaire chez un diabétique ou après une occlusion veineuse. Et enfin, il permet de diagnostiquer et de suivre l’évolution des néovaisseaux choroïdiens si redoutés dans cette maladie très fréquente en Limousin : la dégénérescence maculaire liée à l’âge. Celle-ci peut être traitée par photothérapie dynamique qui associe le laser à une injection en intra-veineuse.

Cet appareil est utile dans le diagnostic et le traitement du mélanome choroïdien. Cette tumeur maligne était traitée, autrefois, par énucléation, ce qui est réduit au minimum désormais. Elle est traitée actuellement soit par rayonnements externes par protons à Paris, soit par des plaques collées, d’iode radioactif. Le mélanome choroïdien ne pouvant être biopsié facilement, il est très important d’avoir des explorations fonctionnelles très précises pour aider au diagnostic avant le traitement. Le suivi de l’aplatissement de la tumeur se fait avec une grande précision avec l’OCT.

Enfin, cet appareil est utile dans le diagnostic et le suivi du traitement du glaucome chronique. Il s’agit d’une maladie très fréquente en particulier chez le sujet âgé. Le suivi des anomalies s’effectuait jusqu’alors par l’examen de l’excavation papillaire et par le relevé du champ visuel. L’OCT permet de mesurer l’épaisseur des couches de fibres nerveuses avec une grande précision et autorise ainsi un dépistage bien plus précoce de la maladie comme un meilleur suivi.

Le service d’ophtalmologie du CHU de Limoges a réalisé, en 2004, plus de 2 100 interventions chirurgicales, environ 20 000 consultations externes et 4 500 consultations internes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”