Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un jeu au service de l’éducation thérapeutique en rhumatologie

Créé au CHU de Nancy, « Hippobio » est le premier « jeu de société » au service de l'éducation thérapeutique pour les patients atteints de rhumatismes inflammatoires chroniques : plateau de jeu, dés et cartes questions sur des thèmes d'Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) complétés de quelques cas concrets. Cet outil pédagogique a été conçu comme support à l'atelier « Connaître sa biothérapie » organisé au sein du service Rhumatologie.

Créé au CHU de Nancy, « Hippobio » est le premier « jeu de société » au service de l’éducation thérapeutique pour les patients atteints de rhumatismes inflammatoires chroniques : plateau de jeu, dés et cartes questions sur des thèmes d’Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) complétés de quelques cas concrets. Cet outil pédagogique a été conçu comme support à l’atelier « Connaître sa biothérapie » organisé au sein du service Rhumatologie.

« Hippobio » : jouer pour améliorer la connaissance des patients sur leur traitement et pour les aider à retrouver un équilibre entre vie personnelle, professionnelle et maladie. Convivialité, participation et détente facilitent la mémorisation. Hippobio aide à transmettre ou à réajuster les connaissances sur les biothérapies utiles aux patients et à leurs proches.

Six thématiques sont abordées à travers les cartes questions :
– l’auto surveillance,
– le soleil,
– les vaccins, la grossesse,
– le bricolage et le jardinage,
– l’injection sous-cutanée,
– la chirurgie, le dentiste, les infections.

Chaque atelier peut recevoir 6 à 7 personnes, médecin et infirmière compris. La présence des soignants autour de la table de jeu permet de gommer le rapport soignant/soigné tout en apportant des réponses aux erreurs de compréhension ou au manque de connaissance des patients. Les sujets abordés durant la partie peuvent être adaptés en fonction des réactions des participants ou de suggestions issues des expériences de chacun.

Pour cette initiative réalisée sur 7 mois, l’équipe d’ETP en Rhumatologie du CHU de Nancy coordonnée par le Dr Anne-Christine Rat et la cadre de santé Claude Gauthier, a été récompensée lors de la Journée de Partage des Expériences 2010 du laboratoire Roche. Un poster « Un déclic, pour la maladie chronique, c’est l’éducation thérapeutique » a également été créé et affiché sur le parcours du patient : salles d’attente de consultation et d’hospitalisation, chambres d’hôpital de jour. Les 3 000 Euros du prix devraient servir à une fabrication professionnalisée du jeu conçu de manière « artisanale » par l’infirmière Cathy Gertner et à améliorer le confort de la salle où se déroulent les ateliers d’éducation thérapeutique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.