Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un robot, une aide précieuse à la neurochirurgie avec moins de risques et plus de précisions

Récemment acquis au CHU de Nice, le robot Neuromate apporte une assistance fiable et précise aux neurochirurgiens lors des interventions intra crâniennes qui nécessitent une planification des données préopératoires, la localisation de l’anatomie du patient, le positionnement précis et la manipulation d’instruments. Grâce au robot Renishaw Neuromate, le neurochirurgien dispose d’une parfaite vision en 3D du cerveau de son patient, de la zone à atteindre et de la trajectoire à emprunter.

Récemment acquis au CHU de Nice, le robot Neuromate apporte  une assistance fiable et précise aux neurochirurgiens lors des interventions intra crâniennes qui nécessitent une planification des données préopératoires, la localisation de l’anatomie du patient, le positionnement précis et la manipulation d’instruments. Grâce au robot Renishaw Neuromate, le neurochirurgien dispose d’une parfaite vision en 3D du cerveau de son patient, de la zone à atteindre et de la trajectoire à emprunter. 
Particulièrement indiqué pour les biopsies, l’implantation des électrodes pour la stimulation cérébrale profonde notamment pour le traitement de la maladie de Parkinson, les prélèvements dans les zones lésées en cas d’épilepsie ou de présence de tumeurs, il a permis d’effectuer plusieurs centaines de chirurgies du cerveau depuis sa commercialisation en France. 
Le robot intègre sous une même plate-forme un bras robotisé à plusieurs axes, un porte-instruments, un module de stéréotaxie permettant la planification, la récupération et la mise en correspondance de l’imagerie pré-opératoire ainsi que la fusion des images scanner et IRM un logiciel de planification préopératoire neurochirurgicale, des fonctions de navigation et de robotique avancées, et des fonctionnalités de visualisation avancée.
Moins de risques
Utlisé en routine, le robot apporte une précision accrue du positionnement des instruments chirurgicaux et par la même de meilleurs résultats fonctionnels notamment pour la maladie de parkinson qui nécessite l’implantations d’électrode intracérébrale et pour les tumeurs cérébrales et la réalisation de biopsies. Les complications chirurgicales sont réduite (risque d’hémorragie) et de mêm que le temps opératoire d’où un plus grand confort pour le patient.
L’avenir
En 2015, les étudiants en médecine s’entraîneront sur des mannequins programmés avec une gamme d’incidents virtuels : la tension chute, le cœur lâche… Ils réviseront leurs pratiques sur des jeux vidéo de mise en situation. C’est déjà le cas au CHU de Nice, avec le centre de simulation artificielle en soins d’urgence où sont actuellement formés les étudiants du second cycle et les Internes DES de Chirurgie :
Pour les étudiants de DCEM 1 et DCEM 4, des mannequins sophistiqués reproduisen la plupart des situations aiguës auxquelles pourraient être confrontés les étudiants (douleur thoracique, dyspnée, douleur abdominale, …). Les sessions visent à améliorer le raisonnement clinique en intégrant les notions de sémiologie (DCEM 1) et de thérapeutique et de prise en charge globale (DCEM 4)
Pour les Internes DES de Chirurgie : le programme développé est un entraînement gradué à la cœlio chirurgie utilisant des simulateurs de gestes élémentaires, puis des simulateurs faisant appel aux innovations technologiques les plus récentes (réalité virtuelle,…) permettant de réaliser une intervention chirurgicale complète, mais virtuelle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”