Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un robot, une aide précieuse à la neurochirurgie avec moins de risques et plus de précisions

Récemment acquis au CHU de Nice, le robot Neuromate apporte une assistance fiable et précise aux neurochirurgiens lors des interventions intra crâniennes qui nécessitent une planification des données préopératoires, la localisation de l’anatomie du patient, le positionnement précis et la manipulation d’instruments. Grâce au robot Renishaw Neuromate, le neurochirurgien dispose d’une parfaite vision en 3D du cerveau de son patient, de la zone à atteindre et de la trajectoire à emprunter.

Récemment acquis au CHU de Nice, le robot Neuromate apporte  une assistance fiable et précise aux neurochirurgiens lors des interventions intra crâniennes qui nécessitent une planification des données préopératoires, la localisation de l’anatomie du patient, le positionnement précis et la manipulation d’instruments. Grâce au robot Renishaw Neuromate, le neurochirurgien dispose d’une parfaite vision en 3D du cerveau de son patient, de la zone à atteindre et de la trajectoire à emprunter. 
Particulièrement indiqué pour les biopsies, l’implantation des électrodes pour la stimulation cérébrale profonde notamment pour le traitement de la maladie de Parkinson, les prélèvements dans les zones lésées en cas d’épilepsie ou de présence de tumeurs, il a permis d’effectuer plusieurs centaines de chirurgies du cerveau depuis sa commercialisation en France. 
Le robot intègre sous une même plate-forme un bras robotisé à plusieurs axes, un porte-instruments, un module de stéréotaxie permettant la planification, la récupération et la mise en correspondance de l’imagerie pré-opératoire ainsi que la fusion des images scanner et IRM un logiciel de planification préopératoire neurochirurgicale, des fonctions de navigation et de robotique avancées, et des fonctionnalités de visualisation avancée.
Moins de risques
Utlisé en routine, le robot apporte une précision accrue du positionnement des instruments chirurgicaux et par la même de meilleurs résultats fonctionnels notamment pour la maladie de parkinson qui nécessite l’implantations d’électrode intracérébrale et pour les tumeurs cérébrales et la réalisation de biopsies. Les complications chirurgicales sont réduite (risque d’hémorragie) et de mêm que le temps opératoire d’où un plus grand confort pour le patient.
L’avenir
En 2015, les étudiants en médecine s’entraîneront sur des mannequins programmés avec une gamme d’incidents virtuels : la tension chute, le cœur lâche… Ils réviseront leurs pratiques sur des jeux vidéo de mise en situation. C’est déjà le cas au CHU de Nice, avec le centre de simulation artificielle en soins d’urgence où sont actuellement formés les étudiants du second cycle et les Internes DES de Chirurgie :
Pour les étudiants de DCEM 1 et DCEM 4, des mannequins sophistiqués reproduisen la plupart des situations aiguës auxquelles pourraient être confrontés les étudiants (douleur thoracique, dyspnée, douleur abdominale, …). Les sessions visent à améliorer le raisonnement clinique en intégrant les notions de sémiologie (DCEM 1) et de thérapeutique et de prise en charge globale (DCEM 4)
Pour les Internes DES de Chirurgie : le programme développé est un entraînement gradué à la cœlio chirurgie utilisant des simulateurs de gestes élémentaires, puis des simulateurs faisant appel aux innovations technologiques les plus récentes (réalité virtuelle,…) permettant de réaliser une intervention chirurgicale complète, mais virtuelle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.