Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Une borne interactive pour mieux vivre au quotidien avec un rhumatisme

Le plateau technique du Service de Rhumatologie du CHU de Nice s'est enrichit d'un nouvel outil pédagogique : une borne interactive qui fournit aux patients et à leurs proches, des renseignements sur les maladies articulaires, les bons gestes, les traitements, les recommandations pour limiter la douleur, la vie au quotidien...

Le plateau technique du Service de Rhumatologie du CHU de Nice s’est enrichit d’un nouvel outil pédagogique : une borne interactive qui fournit aux patients et à leurs proches, des renseignements sur les maladies articulaires, les bons gestes, les traitements, les recommandations pour limiter la douleur, la vie au quotidien…

Permettre aux personnes atteintes de maladies rhumatismales chroniques de mieux vivre leur maladie au quotidien est un des grands objectifs du service de rhumatologie du CHU de Nice.

La polyarthrite rhumatoide et les spondylarthropathies, très douloureuses et potentiellement invalidantes, sont responsables d’une atteinte parfois sévère de la qualité de vie.
Pour mieux les combattre, il faut associer les progrès considérables de la recherche et la prise en charge globale personnalisée des patients qui relève d’une une véritable éducation thérapeutique.

Avancée thérapeutique
Il est aujourd’hui possible, grâce à un diagnostic précoce, en traitant tôt et fort, avec une stratégie adaptée, et l’avènement des « biothérapies », de stopper à la fois les manifestations cliniques et la destruction des articulations et de viser la rémission de la maladie.

L’accompagnement indispensable des malades chroniques
Des informations très complètes permettent aux patients de mieux comprendre et de mieux gérer leur maladie. Plus une personne connaît ses troubles, meilleure est sa prise en charge. L’équipe du Service de Rhumatologie du CHU de Nice s’est investie de longue date dans cette double approche, en lien avec les rhumatologues libéraux.

Ainsi, le plateau technique du Service s’est enrichit d’un nouvel outil pédagogique : une borne interactive qui permet très facilement, aux patients et à leurs proches, à l’aide d’une roulette ou de façon tactile :
• d’obtenir des informations détaillées sur les maladies, les termes scientifiques, le dépistage, les traitements, l’échelle de la douleur…
• d’identifier concrètement les bons gestes et comportements de tous les jours, avec des conseils pratiques pour limiter la douleur, améliorer certains gestes, éviter les petits accidents
• et de faire la visite d’une « maison virtuelle » où chaque pièce est passée en revue.
Grâce à ce support, chaque personne peut s’informer directement et poser ses questions sur les problèmes qui la préoccupent.

Ce nouvel outil (installé avec le soutien institutionnel des laboratoires Wyeth) enrichit les informations et conseils donnés de façon personnalisée par les membres de l’équipe multidisciplinaire du Service.

Il complète l’Appartement conseil, outil novateur créé dès 1991 au sein du Service qui renseigne en dimension réelle sur les gestes de la vie quotidienne, les aménagements du domicile et les aides techniques…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”