Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Une certification au meilleur niveau pour le premier CHU certifié

Le Centre Hospitalier Universitaire d'Angers avait été, en 2000, le premier CHU à être accrédité. En 2005, il est le premier CHU à être certifié. Cette situation de précurseur, fruit d'une culture qualité profondément ancrée, est un motif de satisfaction d'autant que le CHU d'Angers est certifié au meilleur niveau , avec 75 % des critères d'appréciation cotés "A".

Le Centre Hospitalier Universitaire d’Angers avait été, en 2000, le premier CHU à être accrédité. En 2005, il est le premier CHU à être certifié. Cette situation de précurseur, fruit d’une culture qualité profondément ancrée, est un motif de satisfaction d’autant que le CHU d’Angers est certifié au meilleur niveau , avec 75 % des critères d’appréciation cotés « A ».

Une certification de niveau 1 pour 4 ans avec des cotations très satisfaisantes
Le rapport de 105 pages, de la Haute Autorité en Santé (HAS), reprend un à un les quelques 212 critères examinés par ses experts lors de leur visite dans l’établissement angevin en juin dernier. Avec 97 % de critères satisfaits, ou satisfaits en grande partie, le CHU d’Angers estime bénéficier d’un résultat remarquable.
Sur les 212 critères, seuls 3 ont fait l’objet d’une décision (recommandation) de la HAS.

Un 3e projet d’établissement dans le sillage de la certification
Pour la Direction du CHU et les représentants du corps médical, cette seconde certification s’inscrit dans la dynamique projet qui anime l’élaboration en cours du 3e projet d’établissement. Ce projet, qui met en son centre le patient, se trouve véritablement conforté par les remarquables résultats de la certification. Amélioration continue de la qualité, auto-évaluation, certification, intégration dans le nouveau schéma régional d’organisation sanitaire sont autant de démarches qui confortent le projet d’établissement 2006-2010. Par ailleurs, la certification 2005 encourage le CHU à poursuivre l’évaluation de ses pratiques professionnelles.

Définition
La nature de la certification a été élargie par rapport à celle de l’accréditation, son champ d’application en a été légèrement modifié. La certification évalue, entre autres, la qualité du service médical et soignant rendu au patient en lien avec l’évaluation des pratiques professionnelles.
A noter que le mot « accréditation » est désormais réservé aux professionnels (accréditation des professionnels de santé). En conséquence, les accréditations Version 2 deviennent des certifications.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.