Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Une majorité de Français favorable à la vaccination et au « passeport vaccinal »

Une étude Ifop* réalisée pour Lemon.fr en partenariat avec Le Parisien sur l’intention de se faire vacciner révèle qu’une majorité de Français se déclare favorable à l’application d’un «passeport vaccinal» dans différentes situations de la vie quotidienne, à savoir l’obligation d’être vacciné pour réaliser certaines activités.

Une étude Ifop* réalisée pour Lemon.fr en partenariat avec Le Parisien sur l’intention de se faire vacciner révèle qu’une majorité de Français se déclare favorable à l’application d’un «passeport vaccinal» dans différentes situations de la vie quotidienne, à savoir l’obligation d’être vacciné pour réaliser certaines activités.
Première enseignement de ce sondage (1), une majorité de Français souhaite désormais se faire vacciner : 54%, soit un taux en augmentation continue depuis décembre (+ 15 points par rapport au 1er décembre 2020). Et six Français sur dix (60%) soutiennent également l’idée qu’on impose le vaccin à toute personne souhaitant rendre visite à quelqu’un vulnérable vivant par exemple dans un hôpital ou un Ehpad.

Mais seul un Français sur deux (50%) approuve l’idée d’imposer le vaccin aux élèves des collèges et lycées (50%) ou aux spectateurs des cinémas et salles de spectacle (50%).

Passeport vaccinal

Près de deux Français sur trois (62%) adhérent à l’idée d’imposer un passeport vaccinal aux personnes souhaitant prendre l’avion pour se rendre à l’étranger. En revanche, l’opinion publique s’avère très partagée à l’idée d’imposer un « passeport vaccinal » dans des situations beaucoup plus courantes de la vie quotidienne tel que l’usage des transports en commun (52%) ou l’accès à son lieu de travail (50%). 
 
L’idée d’imposer un passeport vaccinal aux personnes souhaitant fréquenter des commerces (45%) – commerces qui peuvent déjà recevoir du public… – est la seule à susciter l’opposition d’une majorité de Français (55%).
D’importants écarts dans l’adhésion au principe du passeport vaccinal apparaissent selon le sexe, l’âge et le degré de défiance à l’égard de la science et des technologies. Ainsi, les réticences à l’obligation vaccinale pour les personnes souhaitant se rendre à l’étranger sont beaucoup plus fortes chez les Français estimant que la science apporte plus de mal que de bien à l’homme (51%, contre 26% chez ceux qui pensent le contraire) ou chez les opposants au déploiement de la 5G par (48%, contre seulement 33% chez les partisans de la 5G).

L’analyse de Jean-Philippe Dubrulle, Directeur d’études au pôle Opinion de l’Ifop : "Alors que la campagne de vaccination s’accélère en France, la majorité des Français souhaite se faire vacciner : c’est le cas de 54%, soit trois points de plus que la première de janvier et surtout quinze point de plus qu’en décembre. Cette « décrispation vaccinale » amorcée après un premier temps d’expectative (pendant lequel les premières injections ont montré leur innocuité et la mise en œuvre de la campagne de vaccination fait craindre un manque de doses), et qui semble vouée à se poursuivre, ne touche cependant pas toute la population de manière homogène. Comme cela a pu être observé précédemment, des poches de « vaccinosceptiques » demeurent, notamment chez les femmes, les jeunes, les catégories populaires et les publics défiants à l’égard des institutions ".

*Étude Ifop pour Lemon.fr et Le Parisien réalisée par questionnaire autoadministré en ligne du 11 au 12 janvier 2021 auprès d’un échantillon de 1 028 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine. 
Hélène Delmotte

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”