Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Une nouvelle unité neuro-vasculaire (UNV)

Les habitants de la région caennaise bénéficient d'une toute nouvelle structure spécialisée dans la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux (AVC). Intégrée au département de neurologie du CHU de Caen, l'unité neuro-vasculaire (UNV) rassemble, autour des Professeurs Gilles Defer et Fausto Viader, une équipe multiprofessionnelle spécialisée en pathologie neuro-vasculaire. Elle permet une prise en charge globale des patients du diagnostic à la préventin en passant par les soins à la phase aiguë, le traitement des complications, la réadaptation jusqu'au suivi après la sortie de l'hôpital.

Les habitants de la région caennaise bénéficient d’une toute nouvelle structure spécialisée dans la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux (AVC). Intégrée au département de neurologie du CHU de Caen, l’unité neuro-vasculaire (UNV) rassemble, autour des Professeurs Gilles Defer et Fausto Viader, une équipe multiprofessionnelle spécialisée en pathologie neuro-vasculaire. Elle permet une prise en charge globale des patients du diagnostic à la préventin en passant par les soins à la phase aiguë, le traitement des complications, la réadaptation jusqu’au suivi après la sortie de l’hôpital.

Troisième cause de mortalité, après les cancers et les cardiopathies, et première cause de handicap physique non traumatique de l’adulte, l’AVC touche 150 000 personnes chaque année en France. 30% à 40 % d’entre elles vont décèder au cours des 6 mois suivants. En 2006, 874 patients souffrant d’un AVC ont été admis au CHU de Caen.

L’AVC est une urgence diagnostique et thérapeutique, dont la prise en charge précoce permet une diminution de la mortalité et une amélioration du pronostic. Pour la Haute Autorité de Santé (HAS), le transfert du patient à l’hôpital a lieu idéalement directement dans une unité neuro-vasculaire, comme celle du CHU de Caen. En effet, par rapport aux services conventionnels, le regroupement des malades dans une unité géographiquement déterminée, telle que l’UNV, disposant de personnels médicaux et para-médicaux compétents, et d’un équipement de surveillance, permet de faire baisser la mortalité et le handicap de 20 %. Les professionnels de santé confrontés à un AVC disposent d’un numéro de téléphone direct pour contacter l’UNV dans les meilleurs délais.

Située au niveau 13 du CHU Côte de Nacre, au sein du département de neurologie, l’UNV se compose de 16 lits (4 lits aigus et 12 lits post-aigus) et dispose pour son fonctionnement de deux neurologues spécialisés en pathologie neuro-vasculaire, d’infirmiers, d’aides-soignants spécialement formés, du concours de neuropsychologues, d’orthophonistes, d’un kinésithérapeute et d’un ergothérapeute, ainsi que d’une d’assistante sociale et d’une secrétaire.

Pour permettre à l’UNV d’atteindre ses objectifs, en particulier une prise en charge globale des patients, une organisation de la filière de soins en amont et en aval, par le bais de conventions de fonctionnement, a été mise en place avant son ouverture :

– en amont, avec le SAMU et le DATU
(département d’accueil et de traitement des urgences),

– au sein de l’établissement hospitalier

· avec les médecins en charge de l’imagerie cérébrale (Imagerie non invasive : scanner SI, IRM, scanner de perfusion, angio-scanner / neuroradiologie interventionnelle dans des cas spécifiques),

· avec les partenaires médicaux, notamment la cardiologie ou le service de médecine physique et de réadaptation (niveau 18 – voir ci-dessous « en aval »),

– en aval, avec les structures de soins de suite et de rééducation, dans lesquelles elle a accès par convention à 30 lits dédiés à la pathologie vasculaire cérébrale sur 4 sites (niveau 18 du CHU, Bétharram, Centre de Rééducation Fonctionnelle de Caen – Brocéliande, Aunay sur Odon), dont les médecins rééducateurs visitent 3 fois par semaine en alternance les patients de l’UNV.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”