Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Victoires de la médecine 2007 : trois équipes nantaises nominées

L'innovation médicale nantaise à l'honneur ! Rendez-vous national du progrès médical, les Victoires de la médecine récompensent chaque année les avancées thérapeutiques mises au point par les équipes hospitalo-universitaires. Pour cette 6ème édition, 26 CHU se sont portés candidats, représentant au total 99 dossiers de candidature. La sélection des candidats a été réalisée en partenariat avec les CHRU, les commissions médicales d'établissements des centres hospitaliers, les sociétés savantes ou les collèges représentant les spécialités. Huit équipes nantaises se sont portées candidates cette année. Trois d'entre elles ont été nominées.

L’innovation médicale nantaise à l’honneur ! Rendez-vous national du progrès médical, les Victoires de la médecine récompensent chaque année les avancées thérapeutiques mises au point par les équipes hospitalo-universitaires. Pour cette 6ème édition, 26 CHU se sont portés candidats, représentant au total 99 dossiers de candidature. La sélection des candidats a été réalisée en partenariat avec les CHRU, les commissions médicales d’établissements des centres hospitaliers, les sociétés savantes ou les collèges représentant les spécialités. Huit équipes nantaises se sont portées candidates cette année. Trois d’entre elles ont été nominées.

Les Victoires de la médecine seront décernées le 13 décembre prochain au Casino de Paris.

Les équipes nantaises retenues
Chirurgie
: traitement de l’insuffisance cardiaque par pompe artificielle rotative implantable permettant le retour à domicile – Institut du thorax – Pr Daniel Duveau et Dr Jean-Christian Roussel

Si la transplantation cardiaque reste le traitement de référence de l’insuffisance cardiaque avancée, l’inadéquation entre le nombre de patients concernés et le nombre de donneurs disponibles, conduit à développer des alternatives mécaniques à la transplantation cardiaque. Parmi celles-ci, l’implantation d’un ventricule artificiel constitué d’une pompe rotative implantable dans l’organisme du malade, permet de pallier à la défaillance du myocarde pathologique tout en redonnant au patient une grande autonomie. En effet, ce type de pompe est alimenté par une source énergétique portable électrique. Le malade peut alors être rééduqué et réadapté à l’effort, et regagner son domicile. Ces patients récupèrent une autonomie remarquable puisqu’ils peuvent retrouver les gestes de la vie courante, voyager, conduire leur véhicule et même pour certains retrouver une activité professionnelle. Quatre malades ont bénéficié au CHU de Nantes de ce type d’assistance mécanique de leur coeur. Trois d’entre eux vivent ainsi à domicile depuis plusieurs mois.

Technologie médicale : l’endomicroscopie, un saut technologique majeur en endoscopie digestive – Institut des maladies de l’appareil digestif – Dr Tamara Matysiak-Budnik, Dr Emmanuel Coron, Pr Jean-Paul Galmiche

L’endomicroscopie a pour objectif d’améliorer la détection des lésions muqueuses, notamment précancéreuses, au niveau du tractus digestif (oesophage, estomac, intestin grêle, colon). Cette technique offre non seulement une possibilité de diagnostiquer ces lésions in vivo, sans avoir recours à des biopsies, mais permet aussi de réaliser un traitement endoscopique de ces lésions en un seul temps, sans délai supplémentaire. Elle constitue également un outil intéressant pour l’exploration de maladies digestives, notamment la maladie coeliaque et les maladies inflammatoires intestinales.

Prévention santé publique : éducation thérapeutique et mucoviscidose, Pôle mère-enfant – Dr Valérie David / Institut du thorax – Dr Alain Haloun

La mucoviscidose est une maladie génétique touchant un nouveau-né sur 300 par an en France et qui affecte la qualité du mucus, produit organique, fabriqué par des glandes, se situant notamment dans les bronches.
L’éducation thérapeutique développée au sein des centres de ressource et de compétences pour la mucoviscidose enfants et adultes permet au patient et à ses proches de mieux connaître la maladie et les traitements associés, de développer ses compétences d’auto-soins et d’autovigilance. L’enjeu de cette éducation est de permettre au malade de concilier les conséquences de sa maladie, l’exigence du traitement et le maintien d’un projet de vie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.