Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

100ème greffe rénale pédiatrique

Au cours de l'été 2003, la 100ème greffe rénale pédiatrique a été effectuée. Ces 100 transplantations rénales pédiatriques effectuées à Nantes sont l'aboutissement d'un travail collectif au sein du CHU. Les pédiatres ont largement profité du dynamisme de l'équipe de transplantation rénale d'adultes pour développer cette activité.

Au cours de l’été 2003, la 100ème greffe rénale pédiatrique a été effectuée. Ces 100 transplantations rénales pédiatriques effectuées à Nantes sont l’aboutissement d’un travail collectif au sein du CHU. Les pédiatres ont largement profité du dynamisme de l’équipe de transplantation rénale d’adultes pour développer cette activité

Bien que rare, la perte définitive du fonctionnement des reins est, chez l’enfant, un handicap particulièrement lourd. Les traitements de substitution, dialyse péritonéale ou hémodialyse ne sont que des solutions d’attente. La transplantation rénale est l’alternative thérapeutique qui permet d’alléger au mieux les contraintes de la maladie.

La greffe rénale chez l’enfant nécessite une technicité spécifique du fait notamment des contraintes de poids et de l’environnement pédiatrique indispensable. Dans les premiers temps les enfants de l’Ouest de la France étaient greffés à Paris. Depuis 1986, le traitement par transplantation rénale des enfants porteurs d’une insuffisance rénale terminale est réalisé au CHU de Nantes. Ainsi, la cohorte des enfants greffés s’allonge. Au cours de l’été 2003, la 100ème greffe rénale pédiatrique a été effectuée. Il paraissait donc intéressant de souligner cet événement.

Le plus jeune greffé avait 18 mois au moment de la greffe. Environ 9 greffes sur 10 sont fonctionnelles après 5 ans et au moins 50 % après 14 ans. Les avancées thérapeutiques permettent d’améliorer progressivement la survie du greffon en limitant les rejets, source d’échec. La greffe favorise une meilleure croissance, elle limite au maximum les contraintes de soins ou de régime, et permet une scolarité normale dans la plupart des cas. Ainsi, la transplantation rénale permet actuellement une excellente réhabilitation sociale de l’enfant.

Un des progrès récents dans la stratégie de prise en charge des enfants en insuffisance rénale terminale est la possibilité de transplanter ces enfants avant qu’ils aient recours à l’hémodialyse. Ces transplantations préemptives évitent le passage par l’hémodialyse, technique de soins très contraignante puisqu’il faut se rendre 3 fois par semaine dans un service hospitalier adapté à la dialyse pédiatrique.

Ces 100 transplantations rénales pédiatriques effectuées à Nantes sont l’aboutissement d’un travail collectif au sein du CHU. Les pédiatres ont largement profité du dynamisme de l’équipe de transplantation rénale d’adultes pour développer cette activité. Celle-ci est également le reflet de l’efficacité du réseau des néphrologues pédiatres du Grand Ouest qui nous confient leurs petits patients.

Médecin référent :
Dr Claude GUYOT Néphrologue Pédiatre
Clinique Médicale Pédiatrique

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”