Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

1er centre de formation NIDCAP francophone

En octobre 2004, le département de Pédiatrie du CHU de Brest ouvrira le premier centre de formation francophone NIDCAP au monde. Ce centre est le 12ème au niveau international et le 2ème en Europe (après celui du Karolinska Hospital de Stockholm en Suède). NIDCAP, Programme Néonatal Individualisé d'Evaluation et de Soins de Développement se définit comme une méthode d'observation du comportement de l'enfant prématuré.

En octobre 2004, le département de Pédiatrie du CHU de Brest ouvrira le premier centre de formation francophone NIDCAP au monde. Ce centre est le 12ème au niveau international et le 2ème en Europe (après celui du Karolinska Hospital de Stockholm en Suède). NIDCAP, Programme Néonatal Individualisé d’Evaluation et de Soins de Développement se définit comme une méthode d’observation du comportement de l’enfant prématuré. A partir de l’évaluation de ses capacités, un programme de soins individualisés centré sur l’enfant et ses parents est proposé aux familles, reconnues partenaires à part entière de l’équipe soignante. Initiée à Brest en 1998, cette méthode novatrice a été labellisée en 2000* et primée en 2004 par la Fondation des Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France.

Formation NIDCAP
L’enseignement NIDCAP soutient les changements de pratique et d’évolution du personnel soignant. Cette formation s’adresse aux infirmières et puéricultrices, aux médecins pédiatres et néonatalogistes, aux psychologues, psychomotriciennes et kinésithérapeutes. Elle peut être suivie en individuel mais il est fortement recommandé de réaliser une formation de plusieurs professionnels sur leur site d’activité.

Cette formation comprend plusieurs étapes : deux jours d’introduction avec apprentissage à l’observation (1 formateur pour 2 stagiaires) suivi d’un travail personnel du stagiaire sur son lieu habituel de travail avec réalisation d’environ 25 observations comportementales. Une journée intermédiaire d’évaluation est prévue. La formation se poursuit par une pratique avancée avec observation régulière d’un nouveau-né prématuré depuis sa naissance jusqu’au retour à domicile et se conclut par une évaluation finale.
Reconnaissance du travail des équipes NIDCAP
En juillet 2004, le Département de Pédiatrie du CHU de Brest reçoit l’agrément pour la création d’un centre de formation NIDCAP. Le même mois, la Fondation de Hôpitaux de Paris- Hôpitaux de France attribuait au CHU de Brest le premier prix Hélioscope pour NIDCAP. Ce prix encourage les initiatives de décloisonnement entre les services de l’hôpital et récompense les équipes hospitalières ayant réalisé des actions concrètes au bénéfice du malade et de ses proches. Cette distinction est partagée avec l’association de parents « bébé avant terme », qui collabore étroitement avec les équipes du CHU.

NIDCAP : le nouveau-né acteur de son développement
Le NIDCAP est un programme d’intervention précoce destiné à l’enfant né avant terme basé sur des observations régulières du comportement permettant une évaluation de ses capacités motrices, neuro-végétatives (points forts et difficultés et résumé de l’histoire médicale). Les soins et l’environnement sont adaptés à chaque enfant. Une guidance et un soutien aident les parents à comprendre le comportement de leur enfant. En ce sens, le NIDCAP renforce les relations entre les parents, les soignants et l’enfant.

Impact du NIDCAP chez l’enfant prématuré
Les études publiées aux USA, au Canada et en Suède concernant le NIDCAP ont montré que l’application de ce programme avait des effets positifs sur la durée de ventilation et d’oxygénation, la prise de poids et l’alimentation. Les durées de séjour hospitalier sont diminuées d’où une réduction des coûts d’hospitalisation. Le développement à l’âge de 42 semaines post-conceptionnelles et à 9 mois est de meilleure qualité. L’interaction mère-enfant est également améliorée. Des études réalisées à Brest et financées par les Programmes Hospitaliers de Recherche Clinique ont confirmé un impact positif sur les durées de sommeil et une diminution des scores de douleur.

*Label NIDCAP décerné par l’International NIDCAP Board basé à l’Université de Harvard à Boston.

Pour plus d’information contacter
Dr Nathalie RATYNSKI – Programme NIDCAP – Tél. 02.98.22.36.66/67

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”