Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

1er défibrillateur cardiaque sous-cutané : une solution pour des malades à risque

Les équipes du pôle cardiovasculaire et pulmonaire du CHRU de Lille ont posé un tout nouveau type de défibrillateur cardiaque automatique implantable chez une patiente de 17 ans souffrant de cardiopathie et présentant un fort risque de mort subite. Cette première en France s'est déroulée le 1er octobre 2012. Trois mois après l'intervention la jeune fille se porte bien. Placé sous la peau...

Les équipes du pôle cardiovasculaire et pulmonaire du CHRU de Lille ont posé un tout nouveau type de défibrillateur cardiaque automatique implantable chez une patiente de 17 ans souffrant de cardiopathie et présentant un fort risque de mort subite. Cette première en France s’est déroulée le 1er octobre 2012. Trois mois après l’intervention la jeune fille se porte bien. Placé sous la peau, alors que les défibrillateurs cardiaques classiques sont implantés à l’intérieur du cœur, ce dispositif offre un espoir pour des malades souffrant d’insuffisances cardiaques et des cardiopathies sévères et pour lesquels les risques de complications notamment infectieuses excluent la pose d’un défibrillateur intracardiaque.
Tout comme les défibrillateurs classiques, le nouvel appareil surveille la fréquence battements du coeur et délivre un choc électrique (appelé défibrillation) lorsque son rythme s’emballe. Cette nouvelle génération ne supplante les appareils intracardiaques classiques, mais complète l’arsenal thérapeutique réservé aux patients les plus fragiles.

L’intervention peut être pratiquée au sein de la salle hybride Discovery IGS 730, inaugurée en décembre au CHRU de Lille.
350 défibrillateurs cardiaques internes sont posés chaque année au CHRU
de Lille.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.