Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

1ère Européenne: Rein prélevé par un seul orifice en vue d’une greffe

L'équipe d'urologie et de chirurgie de la transplantation de l'hôpital Edouard Herriot (CHU de Lyon), dirigée par le Pr Xavier Martin, a réalisé lundi 1er février 2010 un prélèvement de rein sur un donneur vivant par une nouvelle technique : utilisation d'un trocart* unique inséré par l'ombilic permettant la dissection et l'extraction du rein par la même incision ombilicale. Tiana, une patiente de 45 ans, a bénéficié de cette technique pour donner un de ses reins à son mari. Cette intervention représente une première en Europe.

L’équipe d’urologie et de chirurgie de la transplantation de l’hôpital Edouard Herriot (CHU de Lyon), dirigée par le Pr Xavier Martin, a réalisé lundi 1er février 2010 un prélèvement de rein sur un donneur vivant par une nouvelle technique : utilisation d’un trocart* unique inséré par l’ombilic permettant la dissection et l’extraction du rein par la même incision ombilicale. Tiana, une patiente de 45 ans, a bénéficié de cette technique pour donner un de ses reins à son mari. Cette intervention représente une première en Europe.

Un nouveau type de trocart* est inséré par une incision unique au niveau de l’ombilic. Il s’agit d’un dispositif possédant plusieurs valves permettant l’introduction d’une caméra et de 2 à 3 instruments. Le rein est ensuite disséqué et prélevé. Une fois refermée, la cicatrice est largement enfouie dans le nombril offrant une chirurgie quasiment sans cicatrices visibles. Outre l’avantage esthétique évident, cette nouvelle approche chirurgicale à travers l’ombilic semble diminuer les douleurs post opératoires et accélérer la convalescence.

En effet, en passant par l’ombilic, aucun muscle abdominal n’est ouvert ce qui diminue les douleurs postopératoires. Devant la pénurie de greffons rénaux en France, cette nouvelle technique de prélèvement rénale pratiquement sans cicatrices visibles pourrait, comme cela a été le cas aux USA, amener plus de personnes à recourir au don de rein apparenté, en améliorant le confort du donneur.

*Un trocart est un instrument chirurgical qui se présente sous la forme d’une tige cylindrique creuse pointue et coupante à son extrémité et surmontée d’un manche.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.