Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

1ère Plateforme Expérimentale en Santé et Développement Durable

1ère Plateforme expérimentale en France, Les Lauriers roses, le tout nouveau bâtiment de Soins de Suite et de Réadaptation associe projet médical exemplaire et approche éco-environnementale. Il a ouvert ses portes le 25 septembre 2012, dans l’arrière pays niçois, entre mer et montagne, au cœur du cadre exceptionnel de Levens.

1ère Plateforme expérimentale en France, Les Lauriers roses, le tout nouveau bâtiment de Soins de Suite et de Réadaptation associe projet médical exemplaire et approche éco-environnementale. Il a ouvert ses portes le 25 septembre 2012, dans l’arrière pays niçois, entre mer et montagne, au cœur du cadre exceptionnel de Levens.

Porté par un Groupement de Coopération Sanitaire de moyens réunissant le CHU de Nice et le Centre de lutte contre le Cancer (CAL) le site est géré par l’association Chaîne de Vies 06 (Président Pr Pierre Dellamonica et le Dr Joël Sapir).

Soins, Economies d’énergie, Stimulation sensorielle et mémorielle
Les lauriers roses, site pilote pionnier en France, allie développement durable et santé.  D’une superficie de 4 800 m2, l’établissement compte 75 lits et un accueil de jour de 10 places pour les patients Alzheimer. Intégré à une filière de santé gérontologique (filière d’aval du CHU de Nice), le centre propose des soins individuels adaptés à l’évolution  et à la  réadaptation familiale, sociale et professionnelle des patients. Un espace-vie comprenant  un jardin à vocation thérapeutique des éléments naturels de décor et des animations interactives favorisera la stimulation sensorielle et mémorielle.  La majorité des personnes accueillies sont atteintes de pathologies lourdes ou évolutives telle que la maladie d’Alzheimer ou le cancer.
Innovante, la construction du centre respecte les mesures du Grenelle de l’environnement par l’adoption d’une démarche de Haute Qualité Environnementale (HQE).
Une économie d’énergie de 60%
Ses plafonds rayonnants à basse température, son système de VMC avec récupérateur et sa sur-ventilation nocturne empêchent toute diffusion microbienne et, l’été, favorisent le rafraîchissement des locaux. Les matériaux utilisés sont autant que possible sains et renouvelables. L’eau chaude sanitaire est préchauffée par un chauffe-eau solaire installé sur la toiture sud (90m²) qui couvre environ 50% des besoins.
La récupération des eaux pluviales sert à l’arrosage des espaces verts.
Et  l’électricité provient des 910 m² de capteurs photovoltaïques disposés en toiture.

L’équipement participe à la valorisation de la filière Bois-Energie des Alpes Maritimes
La forêt en Provence-Alpes-Côte d’Azur s’étend sur 1,4 millions d’ha et occupe près de 40 % du territoire. Abondante, elle s’accroît d’année en année de l’ordre de 1 % par an en surface.
Booster de l’économie rurale, l’exploitation du bois dans le canton de Levens contribue à créer ou à maintenir des emplois territoriaux de proximité, si ce mode de chauffage se généralise dans l’arrière-pays. De même, il suscite une relocalisation économique d’autant plus forte que l’organisation pour l’approvisionnement s’effectue en circuit court.
Un établissement de santé a des besoins quotidiens importants en énergie (chauffage et Eau Chaude Sanitaire). La chaudière bois consomme des plaquettes forestières produites localement. Le coût de la tonne de bois est de 90 € euros environ. Le temps de retour sur investissement est estimé à 6 ans. La chaudière est équipée d’une pompe à absorption qui permet à partir de la chaleur fournie par la chaudière bois de produire du froid l’été et d’optimiser l’installation. Ce système permet d’atteindre un COP (Coefficient de performance pour le froid) de 2.2 pour 0.7 et un rendement global d’environ 90% d’énergie.
À partir du site de production, un réseau de chaleur sera mis en place avec la mairie pour le chauffage des écoles et d’un bâtiment d’activité polyvalente.
Le bâtiment du SSR est équipé d’une ossature en béton avec façade en structure bois habillée d’une double couverture dans le même matériau pour une meilleure isolation phonique, thermique et intégration environnementale.

Le traitement des effluents hospitaliers : 1re plateforme expérimentale de France
La Loi DCE 2000/60/CE) impose que les substances dangereuses des effluents soient traitées en 2028 avec une obligation de premier niveau de traitement avant 2015. Depuis 2007, l’établissement œuvre en collaboration étroite avec des laboratoires de recherche publics et la Lyonnaise des Eaux afin de traiter et de recycler les eaux usées issues des effluents hospitaliers. L’objectif de ces travaux de R & D vise à implanter sur le site des Lauriers Roses d’ici 2014 une station d’épuration végétale totalement innovante qui pourrait s’intégrer et/ou s’adapter aux constructions hospitalières urbaines et péri¬urbaines, productrices de rejets médicamenteux.
Ce projet pilote, labellisé par le pôle de compétitivité « Risques Environnementaux » s’inscrit dans le cadre d’une démarche HQE centrée sur une gestion réductrice des effets toxiques des rejets médicamenteux dans l’environnement naturel.
La plateforme se veut également vitrine-laboratoire et lieu d’échanges entre le monde scientifique et le monde hospitalier afin de parfaire par une approche interdisciplinaire, les connaissances sur les expositions à ces rejets médicamenteux, d’étudier leurs effets sur la santé et sur l’environnement, d’inventorier de nouvelles méthodologies pour les réduire et des outils innovants pour les traiter. Les bassins de bioconversion seront installés sur un terrain de 600 m2 à l’ouest du site le long desquels à terme sera créé un parcours de rééducation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.