Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

2010-2014 : Des enjeux stratégiques

Le 20 novembre 2009, Benoit Leclercq, directeur général de l'AP-HP, a présenté les principaux enjeux stratégiques de l'établissement pour la période 2010-2014 aux représentants du personnel réunis en Comité Technique Central d'Etablissement.

Le 20 novembre 2009, Benoit Leclercq, directeur général de l’AP-HP, a présenté les principaux enjeux stratégiques de l’établissement pour la période 2010-2014 aux représentants du personnel réunis en Comité Technique Central d’Etablissement.

L’AP-HP est engagée dans un projet de transformation de grande ampleur qui sera prochainement formalisé au travers de son plan stratégique 2010-2014. Dans le cadre des réflexions médicales qui en structurent les priorités, elle s’attache à concilier réponse de proximité et exigence d’excellence, dans un souci de modernisation globale de la prise en charge : accès amplifié au progrès médical pour tous, organisations plus performantes pour répondre aux attentes des usagers, correction des inégalités territoriales face à un contexte de démographie soignante déclinante.

L’AP-HP doit toutefois mener à bien ce projet dans un cadre budgétaire pluri annuel compatible avec ses ambitions, ce qui suppose qu’elle réalise des efforts de gestion significatifs pour réduire son écart de convergence et atteindre l’équilibre budgétaire attendu en 2012.

L’AP-HP doit donc dégager les marges de manoeuvre nécessaires au rétablissement de sa situation budgétaire pour assurer durablement aux patients le niveau d’exigence requis par l’exercice de sa mission de service public. Cet enjeu nécessite la contribution de chacun, dans le métier et les responsabilités qui sont les siens. Cet effort collectif représente de 90 M€ à 100 M€ par an jusqu’en 2012, soit globalement l’équivalent de 1 000 emplois non renouvelés sur plus de 20 000 départs naturels au cours de la même période.

La mobilisation qu’appelle cet effort est aussi le levier d’un programme d’investissement nécessaire à une modernisation adaptée, en immobilier, en équipements médicaux, en logistique et en système d’information. L’AP-HP pourra bénéficier, par ailleurs, de financements éligibles au titre du programme « Hôpital 2012 ».

Dans ce contexte, seules de vigoureuses réorganisations structurelles sont de nature à agir favorablement sur l’efficience d’ensemble de l’institution : c’est ce qui motive la recomposition de l’organisation de l’AP-HP autour de 12 nouveaux groupes hospitaliers. En effet, avec 37 hôpitaux, 676 services cliniques, 186 pôles et 5 services généraux, l’AP-HP doit être en mesure de démontrer que son unicité, à laquelle ses 90 000 salariés sont particulièrement attachés, lui permet de déployer une véritable stratégie de groupe en développant des synergies entre ses différents hôpitaux. Ses 12 nouvelles entités hospitalières encouragent la complémentarité entre les différents sites d’un même territoire. Elles facilitent la mise en place de filières de soins complètes et fluides et la meilleure coordination entre les équipes, suivis et complémentarités qui garantissent la permanence des soins.

Cette modernisation d’ensemble assurera aux patients une prise en charge des patients de haute qualité au meilleur coût pour la collectivité. En simplifiant le pilotage et en favorisant la mutualisation des compétences, elle permettra également d’améliorer les conditions de travail du personnel qui constituent le gage de l’attractivité de ses hôpitaux. Le projet social et professionnel adapté aux enjeux et le dispositif de gestion des mobilités seront renforcés pour assurer un accompagnement individuel des agents.

Grâce à une organisation plus cohérente et plus performante pour les patients et ceux qui les prennent en charge, l’AP-HP sera progressivement en situation d’offrir d’ici 2014 une réponse mieux adaptée aux besoins de la population francilienne tout en préservant ses grands équilibres économiques

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”