Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

29ème centre d’allogreffes

Le 15 juillet 2002, le CHU de Brest a enfin obtenu l'autorisation officielle du Ministère de la Santé de pratiquer les allogreffes au sein du service d'hématologie du Pr. Christian Berthou. Cette autorisation, attendue depuis 10 ans, représente une belle victoire pour les patients de la région Ouest-Bretagne.

Le 15 juillet 2002, le CHU de Brest a enfin obtenu l’autorisation officielle du Ministère de la Santé de pratiquer les allogreffes au sein du service d’hématologie du Pr. Christian Berthou.
Cette autorisation, attendue depuis 10 ans, représente une belle victoire pour les patients de la région Ouest-Bretagne.

Rappel historique
Formé auprès du Pr. Gluckman à l’hôpital Saint-Louis, le Pr Christian Berthou avait réalisé la première allogreffe au CHU de Brest en 1990. Mais en 1992, un décret limite à 28 le nombre de centres autorisés. Brest en est exclu. Commence alors le long combat du CHU et surtout le pénible transfert des patients vers l’Hôpital Saint-Louis demeuré CHU de référence pour les greffes allogéniques des patients brestois. Les bonnes relations entre les deux équipes permettaient aux patients de réintégrer le service d’hématologie de Bretagne 30 à 40 jours après l’intervention.

La demande des patients, les compétences humaines rassemblées au CHU de Brest et la modernité de la structure plaidèrent en faveur d’une révision du nombre de centres autorisés. Et, en 2002, les soutiens de la tutelle et de l’Etablissement Français des Greffes déterminèrent la Commission Nationale de l’Organisation Sanitaire et Sociale à délivrer l’autorisation tant attendue au CHU de Brest.

Rennes / Brest partenaires dans la création d’un pôle hématologique breton
L’autorisation a été accordée dans le cadre d’une convention avec le CHU de Rennes qui figure dans le plan Etat/région 2000-2003. L’ouverture de ce centre constitue la première étape dans la constitution d’un pôle hématologique breton organisé entre deux plateaux techniques, Ouest et Est.

L’allogreffe
Le médecin a recours à la greffe de moelle osseuse pour traiter les patients de moins de 65 ans, atteints de leucémies aiguës ou chroniques à haut risque, quand le traitement médicamenteux conventionnel n’a pu réussir à éliminer les cellules malades porteuses d’une anomalie génétique.

Le principe est simple, il s’agit de greffer dans la moelle osseuse du patient des cellules saines d’un donneur dit « HLA-identique » ; la difficulté réside dans la tolérance des cellules du donneur par le receveur. Une surveillance rigoureuse s’impose en chambre stérile. La destruction progressive des cellules malades débute 6 mois après la greffe et l’élimination totale en cas de succès prend environ 1 an.

Les principaux obstacles au développement de cette thérapeutique sont ceux du faible nombre de donneurs et de la compatibilité entre donneur et receveur. C’est pourquoi les recherches s’orientent d’abord vers la fratrie où la probabilité d’un schéma identique entre frère ou soeur est d’environ 25%. Si cette compatibilité n’existe pas, la recherche est étendue à la banque nationale gérée par l’Etablissement France Greffe de Moelle qui regroupe 120 000 donneurs. En cas d’échec, cette recherche est étendue au fichier européen voire international.

Aujourd’hui, pour 40% des malades, l’allogreffe est impossible. C’est donc sur le patient lui-même que sont ponctionnées les cellules saines. En 2001, 76 autogreffes ont été réalisées au CHU de Brest, qui figure au 3ème rang de l’inter-région Ouest pour cette activité et au 19ème rang sur les 87 équipes autorisées en France.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”