Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

3 médicaments numériques contre le handicap

Jeu de pirate, interaction par reconnaissance de mouvement et d’image, coaching virtuel... des serious games (logiciels de jeux) en gestation dans les laboratoires d'une start up Montpelliéraine font l'objet de programmes de développement soutenus par le CHU de Nîmes. Objectif : proposer une rééducation ludique et interactive aux enfants souffrant d'un handicap cérébro-moteur et dont la motivation est essentielle à la rééducation, aux patients atteints d'affections cardiovasculaires et aux personnes présentant des lombalgies ou des troubles musculo-squelettiques. Une initiative unique en France !
Jeu de pirate, interaction par reconnaissance de mouvement et d’image, coaching virtuel… des serious games (logiciels de jeux) en gestation dans les laboratoires d’une start up Montpelliéraine font l’objet de programmes de développement soutenus par le CHU de Nîmes. Objectif : proposer une rééducation ludique et interactive aux enfants souffrant d’un handicap cérébro-moteur et dont la motivation est essentielle à la rééducation, aux patients atteints d’affections cardiovasculaires et aux personnes présentant des lombalgies ou des troubles musculo-squelettiques. Une initiative unique en France !
Des concepts attrayants !
Développé par la Société NaturalPad, start up et soutenu par Euromov, le jeu de pirate nommé Hammers and planks proposera aux patients présentant un handicap cérébro moteur une manière ludique et interactive de faire de la rééducation. Un second programme sera dédié à la rééducation cardiovasculaire « L’idée est que la kinect détecte la tolérance à l’effort du patient et adapte automatiquement l’exercice » précise le médecin et le troisième implique une plateforme de coaching virtuel pour les patients souffrant de lombalgie ou de troubles musculo-squelettiques. Cette plateforme pourra être utilisée en réseau ce qui contribuera à rompre l’isolement des lombalgiques. Le serious game est une véritable opportunité dans la recherche d’autonomie des patients face aux soins.
Au croisement de la recherche fondamentale et des avancées technologiques au service de la santé ces 3 projets innovent dans un domaine encore inexploré par les jeux vidéo la rééducation fonctionnelle. Pour financer ces initiatives, le CHU de Nîmes s’est engagé dans le mécénat et a créé un cercle des mécènes qu’AG2R LA MONDIALE vient de rejoindre apportant une contribution de 28 000 euros.
En savoir plus sur :
Le CHU de Nîmes s’est positionné depuis quelques années sur les problématiques du handicap avec la mise en place d’une plateforme d’évaluation clinique du handicap, une clinique du positionnement pour les patients infirmes en fauteuil roulant et une clinique d’évaluation des dispositifs médicaux liés au handicap, interface avec le développement industriel dans le domaine du handicap.
« Le dispositif de soins de suite et de réadaptation comprend 460 lits et 119 places. S’agissant de l’appareil locomoteur, il dispose de 12 médecins hospitaliers, 46 kinésithérapeutes, 8 500 consultations par an de l’enfant à la personne âgée avec un plateau de recherche sur Carémeau et le Grau du Roi. » détaille le Dr Dupeyron, en enchaînant « le serious game est un médicament numérique, c’est l’avenir ». 
Euromov est un nouveau centre en Europe de recherche, d’innovation et de développement technologique. Centré sur le mouvement humain et ses applications dans le champ de la santé, du vieillissement, de l’activité physique ou de l’ergonomie, il est sans équivalent en France et en Europe. href= »http://euromov.eu/tp/fr/ » target= »_blank »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”