Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

4 laboratoires unis dans la recherche contre le cancer

Créé en septembre 2003, le Groupement d'Intérêt Scientifique appelé GIENSAT - Groupe Interdisciplinaire d'Etude de Nouvelles Stratégies Anti-Tumorales - a pour mission de découvrir de nouveaux traitements du cancer à partir des produits d'origine marine.

Cancer : la recherche sous-marine du Gis-GIENSAT

Créé en septembre 2003, le Groupement d’Intérêt Scientifique appelé GIENSAT – Groupe Interdisciplinaire d’Etude de Nouvelles Stratégies Anti-Tumorales – a pour mission de découvrir de nouveaux traitements du cancer à partir des produits d’origine marine.

Les quatre laboratoires qui composent le Gis-GIENSAT ont décidé d’unir leurs efforts pour trouver la molécule qui stimulera notre système immunitaire contre les cellules cancéreuses. Cette molécule se trouve peut-être au fond de l’océan où les chercheurs ont identifié des polysaccharides contenues dans les sécrétions de bactéries vivant entre 2 000 et 4 000 m de profondeur.

Les faunes océaniques : des milieux à explorer pour les biotechnologies
Les biotechnologies n’ont étudié que 2 à 3 % sur les quelques 500 000 espèces que recèle l’Océan. Les travaux sur les polysaccharides s’inscrivent dans les axes prioritaires de recherche du futur cancéropôle du grand Ouest à savoir « l’activité anticancéreuse des produits d’origine marine ».

Un mariage entre chimie et biotechnologie
Le CHU de Brest est présent à travers deux de ses laboratoires – thérapie cellulaire de l’Institut de cancérologie et d’hématologie et laboratoire d’anatomie-pathologique – auxquels se sont associés les laboratoires de biotechnologie des molécules marines d’IFREMER et celui de chimie et biologie des substances naturelles de la faculté des sciences de l’Université de Bretagne Occidentale, soit au total une équipe de 19 personnes. Les chimistes apportent de nouvelles combinaisons de molécules et IFREMER de nouveaux produits anti-tumoraux.

Les travaux récents sur les fucanes (molécules issues des algues) ont révélé une activité anti-tumorale importante, mais les premiers résultats d’études in vivo nécessitent un travail complémentaire pour confirmer ces résultats.

L’instigateur du projet est le Pr Christian BERTHOU, chef du service d’hématologie du CHU de Brest, responsable du laboratoire de thérapie cellulaire et Président de ce nouveau groupement.
Deux partenaires industriels ont rejoint le Gis-GIENSAT : le laboratoire Roche et la société MAT (Monoclonal Antibody Technology)

Une recherche qui allie prudence et espoir
Une autre approche utilisée dans ce programme est l’utilisation des protéines tueuses des lymphocytes cytotoxiques. Ce travail impose l’isolement du gène de la protéine tueuse, le clonage et la production de la protéine recombinante correspondante. Les premiers tests cliniques sont prévus dans cinq à dix ans.
Prochain rendez-vous dans un an
En septembre 2004, le Gis-GIENSAT organisera à l’IFREMER un congrès sur l’activité anticancéreuse des produits d’origine marine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”