Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

5ème semaine nationale du rein

1 Français sur 20 souffre de maladies rénales et l'ignore ! Ces maladies sont dites «silencieuses» car aucun symptôme n'est perceptible avant un stade très avancé. Trop souvent, elles sont diagnostiquées tardivement alors qu'elles auraient pu être ralenties ou stoppées grâce à une prise en charge précoce et appropriée. Pour sensibiliser les Amiénois à l'intérêt du dépistage, le CHU d'Amiens, en partenariat avec la Fédération Nationale d'Aide aux Insuffisants Rénaux (FNAIR), organise un stand d'information et propose un dépistage gratuit, le mercredi 7 octobre 2009, de 10h à 17h.

1 Français sur 20 souffre de maladies rénales et l’ignore ! Ces maladies sont dites «silencieuses» car aucun symptôme n’est perceptible avant un stade très avancé. Trop souvent, elles sont diagnostiquées tardivement alors qu’elles auraient pu être ralenties ou stoppées grâce à une prise en charge précoce et appropriée. Pour sensibiliser les Amiénois à l’intérêt du dépistage, le CHU d’Amiens, en partenariat avec la Fédération Nationale d’Aide aux Insuffisants Rénaux (FNAIR), organise un stand d’information et propose un dépistage gratuit, le mercredi 7 octobre 2009, de 10h à 17h.

Personne n’est à l’abri des maladies des reins
Beaucoup de maladies peuvent toucher les reins et les abîmer. D’origine malformatives, congénitales, héréditaires, ces pathologies peuvent également être causées par des infections, liées à certains microbes comme les streptocoques, par des dérèglements spontanés du système immunitaire, ou encore par l’absorption de substances toxiques pour le rein notamment certains médicaments.
Les maladies qui atteignent les vaisseaux sanguins, comme l’hypertension artérielle et le diabète, peuvent aussi endommager les reins et représentent les principales causes de traitement par dialyse en France.
Enfin, les reins fonctionnent moins bien avec l’âge : à partir de 60 ans, on perd 10% de fonction rénale tous les 10 ans.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.