Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

6 février: journée de lutte contre les mutilations sexuelles féminines

Mobiliser pour prévenir : À l'occasion de la journée mondiale de lutte contre les mutilations sexuelles féminines, l'unité de gynécologie obstétrique médico-psycho-sociale (Ugomps) du CHU de Nantes organise le 5 février à 19h30une soirée cinéma autour de «DUNIA » un film sur l'excision. Seront invités les professionnels de santé, du milieu associatif et socio éducatif. Ce film sera suivi d'une discussion en présence de Khady Koïta, auteure du livre Mutilée et de Sylvie Barroux, professeur de philosophie

Mobiliser pour prévenir : À l’occasion de la journée mondiale de lutte contre les mutilations sexuelles féminines, l’unité de gynécologie obstétrique médico-psycho-sociale (Ugomps) du CHU de Nantes organise le 5 février à 19h30une soirée cinéma autour de «DUNIA » un film sur l’excision. Seront invités les professionnels de santé, du milieu associatif et socio éducatif. Ce film sera suivi d’une discussion en présence de Khady Koïta, auteure du livre Mutilée et de Sylvie Barroux, professeur de philosophie.

L’actualité récente rappelle combien la question des mutilations sexuelles féminines est aujourd’hui encore une priorité : début janvier une fillette de 7 ans a subi une excision en France, à Nevers, et a dû être hospitalisée d’urgence pour hémorragie. Ses parents ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire.
Même si cet évènement reste peu fréquent sur le territoire français, l’Ugomps du CHU de Nantes veut mobiliser les professionnels de santé, du milieu associatif et socio éducatif pour prévenir l’excision chez les fillettes, notamment lors d’un voyage au pays.

Au sein de la maternité, l’Ugomps propose depuis juin 2006 un accueil pluridisciplinaire permettant de mieux prendre en charge les femmes ayant subi une mutilation sexuelle. Celles–ci peuvent rencontrer un médecin ou une sage femme et bénéficier d’un accompagnement par une psychologue et/ou une sexologue. Une assistante sociale est également à leur disposition. Cette équipe vise à contenir et sécuriser les femmes lorsqu’elles envisagent une réparation chirurgicale.

Les professionnels nantais sont sensibilisés au programme régional d’insertion des populations immigrées (Pripi) piloté par la Ddrass des Pays de la Loire. Ce groupe de travail se réunit quatre fois par an et coordonne des actions de lutte contre les mutilations sexuelles féminines à l’échelle de la Région et produit des documents de sensibilisation à destination des populations concernées.

Ce groupe rassemble les instances suivantes : la Drass des Pays de la Loire, les Ddass, le CHU de Nantes, les associations SOS Femmes, Asamla, Nantes Guinée, gynécologie sans frontières (GSF), le centre d’information sur les droits des femmes et des familles, l’agence nationale de l’accueil des étrangers et des migrations, l’agence nationale de la cohésion sociale et de l’égalité des chances, le service santé scolaire de la mairie de Nantes, les délégations départementales aux droits des femmes et à l’égalité, le mouvement pour le planning familial, le centre interculturel de documentation, l’inspection académique de Loire- Atlantique, des juristes et des représentants du Parquet de Nantes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”