Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

7 centres de référence des maladies rares

Depuis 2004, 103 centres de référence des maladies rares ont été labellisés en sur tout le territoire. 7 d'entre eux sont en lien direct avec le CHU de Bordeaux : 4 sont directement coordonnés par le CHU, 3 sont des centres associés.

Depuis 2004, 103 centres de référence des maladies rares ont été labellisés en sur tout le territoire. 7 d’entre eux sont en lien direct avec le CHU de Bordeaux : 4 sont directement coordonnés par le CHU, 3 sont des centres associés.

Une maladie est dite rare quand elle atteint au plus une personne sur 2 000 : soit en France un maximum de 30 000 personnes et, pour l’Europe, moins de 230 000 personnes. Ces maladies graves, chroniques et invalidantes nécessitent des soins spécialisés, lourds et prolongés. Selon les définitions, il existe, entre 6 000 et 7 000 maladies rares répertoriées. Elles pèsent donc lourdement sur la santé publique, touchant au total 3 à 4 % des naissances et 6 % de la population en Europe, soit environ 30 millions d’Européens ! En France, chaque année 12 000 à 24 000 nouveau-nés sont concernées.

Les Centres de Références, ensembles de compétences pluridisciplinaires hospitalières et hautement spécialisées remplissent une fonction d’expertise des maladies rares. Bien souvent ils représentent le seul recours pour les médecins, les malades et leurs familles. Leurs équipes sont chargées de définir et de diffuser des référentiels afin d’assurer l’équité de la prise en charge sur le territoire national. Disposant d’une forte assise recherche, les centres de référence organisent la prise en charge en lien avec les associations de malades.

4 centres de référence des maladies rares coordonnés par le CHU

1 – Anomalie du développement embryonnaire d’origine génétique (Retard psychomoteur et déficit mental, retard de croissance staturo-pondérale, risque de malformations associées, dysmorphie craniofaciale et/ou des extrémités)
Service de génétique médicale – Pôle pédiatrie
Labellisé en 2004 – Coordonnateur : Pr Didier LACOMBE

2 – Le kératocône
Service d’ophtalmologie – Pôle ouest
Labellisé en 2005 – Coordonnateur : Pr Joseph COLIN

3 – Les maladies de la peau (Anomalies du système pigmentaire et de la photoprotection, malformations vasculaires et hémangiomes graves, ichtysoses et troubles héréditaires de la kératinisation, épidermolyses bulleuses héréditaires)
Service de dermatologie – Pôle médecine spécialisée
Labellisé en 2005 – Coordonnateur : Pr Alain TAÏEB

4 – Les pathologies plaquettaires (CRPP) (ex : Thrombasthénie de Glanzmann)
Laboratoire d’hématologie – Pôle biologie et anatomie pathologique Labellisé en 2005 – Coordonnateur : Dr Paquita NURDEN

3 centres de référence associés au CHU de Bordeaux

1 – Les hypersomnies rares (ex : narcolepsie cataplexie (Maladie de Gélineau))
Clinique du sommeil – Pôle neurosciences cliniques
Labellisé en 2005 – Associé : Pr Pierre PHILIP

2- Les maladies mitochondriales de l’enfant et de l’adulte (déficits héréditaires de la phosphorylation oxydative responsables d’un défaut de consommation d’oxygène et de production d’énergie)
Service de génétique médicale – Pôle pédiatrie
Labellisé en 2005 – Associé : Pr Didier LACOMBE

3 – L’atrophie multisystématisée (Combinaison variable d’un syndrome parkinsonien, d’une ataxie et des problèmes de régulation sanguine ou du système urinaire et génital).
Service de neurologie – Pôle neurosciences cliniques
Labellisé en 2006 – Associé : Pr François TISON

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”